Par Mamadou Aliou Diallo 

Depuis le 26 Octobre, le président guinéen Alpha Condé a entamé un périple d’affaires d’environs une dizaine de jours en Chine. Objectif affiché, séduire les investisseurs chinois à venir investir en Guinée et nouer des partenariats  »stratégiques » avec la Chine de Xi jinping, dans plusieurs secteurs clés de l’économie Guinéenne. 

Alpha Condé, à la tête d’une forte délégation composée de l’ensemble des cadres du système économique guinéen et du secteur privé (Sept ministres dont ceux de l’économie, des travaux publics, de l’agriculture, des mines, de l’énergie, ….), entend mettre cette visite à profit pour favoriser la mobilisation de financements pour la construction et la rénovation de différentes infrastructures. Notamment routières qui se trouvent en dégradation avancée; avec à la clef des perspectives de transfert de technologie dans le domaine agricole. Et éventuellement des investissements dans les secteurs des mines de l’hydraulique et de l’énergie entres autres.

Cependant, les mines et l’énergie occuperont une grande partie des discussions avec les partenaires chinois, comme l’a laissé entendre Abdoulaye Magassouba, le ministre guinéen des mines. En plus de la volonté affichée du président guinéen de construire un second barrage hydroélectrique d’appoint  »Souapiti » d’une capacité de 550 mégawatts, il envisage de relancer le projet de Rio Tinto pour l’exploitation des gisements de fer du Simandou. Un mégaprojet de 20 milliards de dollars que le géant Anglo-australien avait décidé de geler en juillet dernier, à cause de la chute des cours des matières premières, notamment du fer. Pour cela, Alpha Condé veut s’appuyer sur la chine dont Chinalco est détenteur à 41% du projet, pour faire pression sur la partie australienne. Ce qui semble, au vu du contexte, assez délicat.

Cette tournée chinoise qui conduira Alpha Condé et sa suite, respectivement dans les villes chinoises de Xi’an, Pékin et Shengdu, devrait permettre la signature de plusieurs contrats et accords entre les deux pays. En tout cas du côté guinéen, l’enthousiasme est affiché, l’attente est grande face à cette visite. En témoigne l’importante délégation qui a effectué le déplacement en Chine.

Le dirigent guinéen joue donc la carte de la coopération sud-sud, lui qui considère l’empire du milieu comme une source d’inspiration et un débouché pour les matières premières de son pays.

 

 

Share Button