Par Ngamsou Félicité.

eau-potableLe Fonds monétaire international (FMI) a rendu public son rapport 2016 sur les perspectives économiques régionales en Afrique subsaharienne. Le document intitulé « Une croissance à deux vitesses »  a été présenté ce 25 octobre 2016 à Yaoundé,  au cours d’une cérémonie solennelle ayant pour modérateur Alamine Ousmane Mey, ministre des Finances (MINFI) du Cameroun.

 

Abebe Aemro Selassie, Le directeur du département Afrique, Abebé Aemro Selassié a dévoilé des chiffres catastrophiques. Pour aboutir à une conclusion tout aussi pessimiste. Le taux de croissance économique de l’Afrique subsaharienne , « devrait descendre en 2016 à son plus bas niveau depuis plus de vingt ans. »   Ce taux devrait atteindre 1,4%, regrette Céline Allard, chef de la division des études régionales au département Afrique du FMI. Et de  préciser que ce « rythme est inférieur à celui de la croissance démographique et marque une nette rupture par rapport aux taux de croissance élevés de ces dernières années ». Sur les causes de ce ralentissement, le FMI indique deux facteurs : la détérioration de l’environnement extérieur, notamment le cours des produits de base qui sont au plus bas et les conditions financières qui se sont sensiblement durcies. Ensuite, la réaction lente et inadéquate des autorités de la plupart des pays touchés par ces chocs externes.
Le rapport relève une situation pour le moins contrastée. Certains pays parviennent à absorber le choc à l’instar du Cameroun, crédité d’une  perspective de croissance de 4,8% en 2016. Ce, notamment grâce à la diversité de l’économie du pays.

Share Button