Entretien réalisé à Paris  par Youcef MAALLEMI

« L’objectif principal de ShieldAfrica est d’accompagner le développement de l’Afrique »

screenshot_2016-10-10-10-45-25-1

La quatrième édition du salon ShieldAfrica ouvrira ses portes du 24 au 26 janvier 2017 à l’Ecole Nationale de Police d’Abidjan (Côte d’Ivoire). Créé par Stéphane Konan, qui en est toujours son commissaire général, ShieldAfrica se positionne comme un salon international de Sécurité et de Défense dédié au continent africain. L’Afrique doit faire face actuellement à d’importants enjeux politiques, économiques et démographiques qui nécessitent une croissance forte. Or il ne peut y avoir de développement sans sécurité. ShieldAfrica apporte ainsi des solutions à l’ensemble du continent afin de faire face à ces enjeux actuels mais aussi futurs : sécurité des biens et des personnes, sécurité des moyens de transport, sécurité des ports et des aéroports, surveillance des frontières, sécurité des grands événements et gestion démocratique des foules, sécurité fiduciaire, moyens de prévention et d’intervention face aux catastrophes naturelles et industrielles, etc.

Le domaine est vaste et constitue un ensemble de défis auxquels l’Afrique doit répondre. Pour cela, ShieldAfrica présente une offre de technologies dont la plupart sont duales, utilisées pour la Sécurité mais aussi pour la Défense. Des industriels du monde entier y exposent leurs produits et innovations afin de répondre aux besoins spécifiques des États africains.  ShieldAfrica va permettre la présentation de cet offre à des représentants de gouvernements, de forces armées et de sécurité ainsi qu’à des directeurs de sécurité, exploitants d’infrastructure et hauts responsables d’acquisition. Tous cherchent de nouveaux moyens d’assurer la protection de leur territoire, de leur population, de leurs employés et de leur développement économique. ShieldAfrica leur propose des solutions. Ce salon de Sécurité et de Défense représente donc pour les acteurs africains et les industriels une occasion privilégiée de rencontres, d’échanges et d’acquisitions. Dans cet entretien, M. Colas des Francs, directeur de Coges Africa, a bien voulu répondre à nos questions.


Quel est l’objectif de ce salon international de la Sécurité et de la Défense ?

L’objectif principal de ShieldAfrica est d’accompagner le développement de l’Afrique. Or, les défaillances sécuritaires peuvent apparaître comme un frein majeur à la croissance du contient. Assurer la sécurité de l’Afrique, c’est mettre en place les éléments nécessaires à son essor. Les industriels exposant au salon concourent à la protection des territoires et des populations.

” ShieldAfrica aspire à devenir le carrefour de rencontres en Afrique de tous ceux qui œuvrent pour le développement de la région, des utilisateurs publics et privés aux industriels du monde entier. “

Au-delà d’une simple exposition, ShieldAfrica organise le 23 janvier 2017, en complément du salon, une conférence internationale sur la thématique : Afrique, protégeons notre développement : vers une approche intégrée. Les Délégations officielles du salon seront présentes à cette conférence ainsi que les industriels afin de prendre le temps d’exposer problématiques et solutions et de se rencontrer la veille du salon. En Afrique comme dans d’autres parties du monde, les populations se regroupent de plus en plus dans de grandes villes.

C’est pourquoi l’édition 2017 de ShieldAfrica abordera largement le thème de la « Safe City », composante incontournable de la « Smart City ». La Smart City est la ville qui répond de manière optimisée à l’ensemble des besoins de sa population. La Safe City est la partie sécurité de ce concept, c’est la réalité des villes connectées décidées à optimiser la gestion de leurs services en profitant des évolutions technologiques et digitales. La « ville sûre » est le meilleur levier pour le développement économique d’un pays. Elle pérennise, développe et restaure les conditions propices aux investissements.

 


Quel est l’intérêt du continent africain à travers  ce salon international ?

ShieldAfrica est avant tout un salon africain, voulu, créé et organisé par les africains, pour les africains. Il met en avant l’incroyable potentiel de développement du continent et offre des outils pour le sécuriser. Ce salon apporte des solutions venues du monde entier et à destination de tous les États qui composent le continent. Ils pourront sélectionner et choisir les équipements et services répondant au mieux à leurs besoins et suivre les tendances et innovations du secteur. Une offre importante venue du monde entier sera donc présente à Abidjan du 24 au 26 janvier prochain à l’École nationale de police.  Ce sera aussi l’occasion pour les pays africains de rencontrer des industriels venant des quatre coins du monde et de développer ainsi leurs réseaux. Ils pourront également participer à la réflexion sur l’évolution de la Sécurité et de la Défense dans l’objectif de pérenniser le développement du continent.


Qui sont vos partenaires ?

ShieldAfrica se compose de deux évènements complémentaires. D’une part, le 23 janvier 2017 aura lieu la conférence ShieldAfrica, parrainée par le Ministère de la Défense. D’autre part, du 24 au 26 janvier 2017, aura lieu le salon ShieldAfrica, organisé sous le parrainage du ministère de l’Intérieur et de la Sécurité de Côte d’Ivoire. La conférence se tiendra le lundi 23 janvier 2017 à l’hôtel Sofitel Ivoire d’Abidjan. Elle aura pour sujet « Afrique protégeons notre développement : vers une approche intégrée ». Y sont attendus les délégations officielles nationales et étrangères invitées au salon : ministres de la Défense et de la Sécurité, directeurs d’armement, chefs d’Etat-major de nombreux pays africains ; mais aussi les exposants du salon.  La conférence et le salon sont organisés par la société ivoirienne Coges Africa, installée à Abidjan, qui dispose d’un réseau international afin de développer le salon et lui donner une notoriété incontournable.


Pourquoi avoir choisi Abidjan pour abriter cette quatrième  édition ?

Tout d’abord parce que, comme il vient d’être évoqué, le salon dispose à Abidjan d’un soutien ministériel pour les deux événements : la conférence et le salon. De plus le pays dispose d’infrastructures et de moyens permettant l’accueil de délégations officielles et d’exposants en nombre. Enfin, ShieldAfrica entend rester fidèle aux éditions précédentes, rappelons que les deux premières s’étaient tenues à Abidjan en 2013 et 2014.


Quelles raisons pourraient inciter un ministère de l’Intérieur et de la Défense à participer à ce salon ?

ShieldAfrica est avant tout un rendez-vous business, où les responsables étatiques et privés africains en recherche de solutions sécuritaires viennent rencontrer des industriels du monde entier. Sur trois jours, une importante offre internationale sera présentée, permettant une réponse à de nombreux défis du continent. Un cycle de conférences pendant le salon permettra aussi de compléter les réflexions entamées lors de la conférence principale du 23 janvier.


Pour conclure, quel serait votre mot de la fin aux participants ?

ShieldAfrica 2017 s’inscrit dans la continuité des éditions précédentes tout en apportant le réseau et l’expertise de son organisateur, COGES Africa. L’idée première du concepteur du salon, un ivoirien, est préservée.  Ce salon international doit constituer une aide pour les grands responsables étatiques et privés du développement de l’Afrique, en leur donnant les orientations et les moyens techniques de développer l’Afrique dans un environnement calme et sécurisé, permettant de préserver la richesse humaine du continent africain. Nous espérons donc vous voir nombreux durant les 3 jours de salon, du 24 au 26 janvier 2017 à l’Ecole Nationale de Police d’Abidjan – Côte d’Ivoire.

Pour plus de renseignement : www.shieldafrica.com