Par Nephthali Messanh Ledy

4feb08b32fc2bca59f9db42b69cd4022_l
Illustration (Archives)

Le Tribunal de Tabligbo, ville minière située à 80 kilomètres au nord-est de Lomé, a prononcé jeudi 6 octobre, le verdict dans le procès opposant Wacem-Fortia aux familles des victimes d’un accident survenu il y a plus d’un an sur le site de la cimenterie.

Il condamne le groupe indien à verser un total de 280 millions de F cfa aux familles, et 2 millions de F cfa à l’Etat constitué partie civile dans l’affaire, au titre de dommages et intérêts. Par ailleurs, le sieur Loganatan, directeur de l’exploitation, est condamné à 8 mois de prison avec sursis. Il est cité comme principal accusé.

Pour rappel, l’explosion d’un silo sur le site avait provoqué, fin juin 2015, la mort de 5 employés locaux et un indien, tous des ouvriers qui travaillaient sur la cuve à fuel de l’usine de fabrique de ciment installée dans la ville de Tabligbo.

 

Né des cendres de l’ancienne Cimao (Ciment d’Afrique de l’Ouest), Wacem est la propriété des indiens Prasad Motaparti Siva Rama Vara et Manubhai Jethabhai Patel cités dans les Panama Papers. Ils opèrent également dans la sidérurgie, le transport, la logistique et l’informatique. Le groupe est présent dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, en République démocratique du Congo et au Madagascar.

Share Button