carte

Annoncée en grande pompe dans la zone CEDEAO, la carte d’identité biométrique est considérée comme un catalyseur pour une intégration africaine achevée.

Dans certains pays  de la CEDEAO comme le Sénégal, la date du lancement de ses cartes biométriques est déjà entérinée. Le lancement officiel a été effectué ce 4 septembre à Dakar (la capitale) et au plus tard le 15 octobre dans les 45 préfectures que compte le pays. Les inscriptions dans la Diaspora débuteront en décembre 2016.

Le Sénégal est le premier pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest à mettre en œuvre les directives de ladite communauté concernant la nouvelle carte d’identité biométrique. Les sénégalais ont six mois  pour aller s’inscrire gratuitement au niveau des commissions qui seront mises en place. Passer ce délai, tout citoyen sénégalais désirant acquérir cette nouvelle carte devra payer 10 000 francs CFA (15,24 euros). 

Cette carte biométrique à la différence de l’ancienne comportera une puce  électronique, non visible à la manière des cartes bancaires. Cette puce sécurisée contiendra des informations ou données biométriques sur le propriétaire de la carte : nom et prénom, sexe, date et lieu de naissance, adresse, taille, couleur des yeux, empreintes digitales, photographie.

La nouvelle carte d’identité biométrique de la CEDEAO servira en même temps de carte d’électeur, a déclaré  Cheikh Alioune Ndiaye, chef de la Division logistique et de la planification à la Direction des opérations électorales du ministère de l’Intérieur du Sénégal.

 

La carte biométrique n’est pas falsifiable

«  L’innovation technologique est telle avec cette carte biométrique, qu’aucune falsification n’est possible. Mieux elle est multi usage, et l’administration du ministère de l’intérieur pourra exploiter toutes les opportunités technologiques qu’offre cette carte, avec un usage multiple » dira le Chef de l’Etat du Sénégal, Macky SALL.

La biométrie permet d’identifier les personnes de façon automatique grâce à leurs empreintes digitales et à leur photo. Le recours à cette technique s’est développé après le 11 septembre dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. 

Tous les autres pays de la CEDEAO emboiteront le pas au Sénégal. Cette carte d’identité biométrique va faciliter la libre circulation des 320 millions de citoyens de la zone CEDEAO.

Ce contenu pourrait également vous intéresser