Dans un entretien au au quotidien Süddeutsche Zeitung, Thomas Buberl,directeur général d’Axa, dément vouloir fusionner avec l’assureur italien Generali.

“Cela n’a pas le moindre sens”, dit-il, dans un entretien , ajoutant que racheter de grands rivaux mobiliserait trop de capital et de ressources, empêchant l’assureur français d’affronter les futurs concurrents que seront Google, Apple ou Facebook. 

“Nous sommes suffisamment grands”, observe Buberl, directeur général d’Axa depuis septembre, faisant écho à l’administrateur délégué de Generali, Philippe Donnet, qui avait dit en septembre que l’assureur italien ne comptait fusionner ni avec Axa ni avec tout autre.