ferme-1

Promouvoir les entreprises aquacoles camerounaises pour les rendre plus rentables et créatrices d’emplois, tel est le leitmotiv du Fonds international de développement agricole (FIDA). C’est ainsi que l’institution internationale s’est engagée avec l’Etat du Cameroun pour matérialiser cet objectif.

La validation de cet engagement dont la valeur financière reste inconnue, a eu lieu le 26 septembre à Yaoundé entre l’État du Cameroun et le Fonds international de développement agricole (Fida). Cet accord, d’une durée de 3 ans et qui rentre dans le cadre du projet de promotion de entrepreneuriat aquacole, permettra la création de 300 entreprises de la filière dont 30% gérées par des femmes et 50% par les jeunes pour quelque 1500 emplois attendus.

Les signataires encouragent à travers cet accord les projets ruraux, mais également  favorisent l’accès des aquaculteurs à des technologies appropriées de production, de transformation, de conservation et de faciliter leur accès à des marchés d’intrants et de produits dédiés.