boa-maliEn proie à une forte dégradation en fin de semaine dernière, l’action de BOA Mali s’en est vigoureusement remis par un bond de 7,5% sur la séance du mardi 27 septembre. Le volume de transaction (8 millions de FCFA) enregistré sur la valeur ne permet pas de dire qu’il s’agit d’une nouvelle tendance.  Le marché qui attendait la confirmation ou l’infirmation des rumeurs faisant état d’importantes irrégularités est plutôt resté sur sa faim. Le communiqué diffusé hier matin par la direction générale ne mentionne aucun événément particulier. Bien au contraire, l’organisme se félicite d’une bonne progression au 30 juin 2016.

Le résultat net a passé le cap de 4 milliards FCFA (4,066 milliards), en hausse de 23% par rapport au premier semestre 2015, « en ligne avec les prévisions de l’année 2016 », indique le communiqué issu du Conseil d’administration du  21 septembre. Selon les résultats présentés au public, le total bilan de BOA Mali  s’affiche en hausse de 14,8% à 501,9 milliards FCFA,  soutenu par la poussée des dépôts (+11,5%) et des crédits directs (+16,8%). Aussi, le produit net bancaire a-t-il connu une hausse de 6,8% à 16,4 milliards FCFA.

 
Le Conseil, qui souligne que ces tendances se sont confirmées en août, a publié son annonce alors que des soupçons d’irrégularités, portant sur au moins 20 milliards FCFA (soit deux fois le capital social), pèsent depuis quelques jours sur la filiale de la BMCE.   En d’autres termes, BOA Mali n’aura pas besoin de provisionner, à moins que la Commission bancaire ne dise le contraire. Quant au  CREPMF, il peut, à défaut d’être le gendarme, faire l’huissier et constater les conséquences liées à l’absence d’informations fiables sur le marché.