Par Jean Mermoz KONANDI, Abidjan.

Qui dirige vraiment le groupe libyen LPTIC, la firme qui a remporté la quatrième licence mobile en Côte d’Ivoire ? Le gouvernement ivoirien a-t-il été floué dans les négociations avec le groupe ? La question se pose au regard du différend qui a cours autour de la direction Libya, Post & Telecoms Holding Company (LPTIC). 

Suite à notre article faisant référence à Dr Faisal Gergab en qualité de Président et Directeur-Général de LPTIC et comme ayant mené les négociations avec le gouvernement ivoirien, la rédaction a été contactée par une autre source qui revendique la direction du groupe et affirme ne pas se reconnaître dans les agissements de ce dernier.

 

Celle-ci présente plutôt Majdi Shibani comme le véritable dirigeant du groupe avec Tripoli, la capitale libyenne, comme base et soutient que Faisal Gergab a été « démis » de ses fonctions de « président du conseil de LPTIC » depuis « octobre 2014 ». Et de ce fait, il n’a « pas le pouvoir de parler ou d’agir (…) au nom de LPTIC ou de ses filiales ».

 

En sus, toujours selon la source, « le groupe basé à Malte de M. Gergab » n’a pas acquis LAP GrennN, « une filiale insolvable qui appartient au Portfolio d’Investissement Africain Libyen (LAP) à Tripoli, dont le directeur est Mohsen Derregia ».

 

Contacté par Financial Afrik, des proches de Faisal Gergab, attestent qu’il est bel et bien le patron de LPTIC et est reconnu par les autorités libyennes.

 

Le différend éclate alors que le gouvernement ivoirien indiquait être en train de finaliser l’accord conclu avec LPTIC. Abidjan a-t-il négocié avec le bon interlocuteur? N’a-t-il pas pris un risque dans un contexte de crise où le régime libyen en place est encore fragile et ne dispose pas absolument de tous les leviers de son pouvoir?

 

La rédaction poursuit ses investigations.