Par Nephthali Messanh Ledy

schema

Le Port autonome de Lomé a enregistré pour 2015, une hausse de 66% de ses activités de manutention par rapport à l’année précédente. Information communiquée la semaine dernière par ses responsables qui avancent un chiffre de plus de 15 millions de tonnes, contre 9,2 millions en 2014.

C’est la troisième année consécutive au bout de laquelle le port enregistre une hausse après la légère baisse de 2012. A la même période, 1.399 navires ont accosté sur la cote togolaise, contre 1.119 en 2014. Une progression de 25% qui confirme la tendance haussière observée depuis 2012 : 989 en 2012, 1.120 en 2013 et 1.119 en 2014.

Par ailleurs, les marchandises à destination des pays de la région ouest-africaine (notamment le Burkina Faso, le Niger, le Mali, le Ghana, le Nigeria et le Bénin) ont connu une augmentation de 4,4% par rapport à 2014. Le Burkina arrive en première position en termes de transit (43% du trafic), avec 1,122 million de tonnes en 2015, contre un total d’une tonne pour le Niger (10%) et le Mali (3%). « Environ 2,622 millions de tonnes sont acheminées vers d’autres destinations », précise-t-on.

En rappel, le Port autonome de Lomé est le seul port en eau profonde de la sous-région Ouest-africaine avec un tirant d’eau de 14 à 15 mètres. D’importants investissements ont été consacrés ces cinq dernières années pour accroître sa production et améliorer sa compétitivité face à ses concurrents régionaux.

On cite, entre autres, la construction d’un troisième quai par Togo Terminal, filiale de Bolloré Africa Logistics, pour un investissement de 300 milliards de F CFA. Un ouvrage réceptionné en 2014, et auquel vient s’ajouter le projet de terminal à conteneurs du consortium Lomé Container Terminal (LCT), formé par le groupe Getma et le chinois Mediterranean Shipping Company (MSC).