root_capital_client_in_uganda

Le nouveau partenariat entre  Impact investissement pionnier Root Capital et la Fondation MasterCard a été annoncé  ce 8 septembre à Nairobi (Kenya) lors du forum sur la  révolution verte en Afrique. Cet accord aidera à augmenter les revenus pour plus de 300.000 petits agriculteurs en Afrique de l’Ouest, selon les signataires.

 La Fondation MasterCard s’engage à donner 5,2 millions de dollars à Root Capital sur cinq ans pour soutenir les entreprises agricoles qui génèrent l’impact transformationnel dans les communautés rurales en Côte d’Ivoire, au Ghana et au Sénégal.

Pour Ann Miles, Directeur de l’inclusion financière et les moyens de subsistance de la jeunesse à la Fondation MasterCard, ce partenariat avec Root Capital permettra d’apporter le financement nécessaire aux entreprises en Afrique de l’Ouest qui travaillent avec les agriculteurs autrement exclus de l’économie formelle.

« Nous voyons cela comme un bon moyen pour aider à augmenter les revenus et les possibilités de 4.000 salariés des entreprises agricoles, 300.000 petits agriculteurs, et plus de deux millions de membres de la famille agricole », a-t-il commenté.

Au cours des sept années que Root Capital a travaillé en Afrique de l’Ouest, il a accordé des prêts d’entre 50.000 dollars et 2 millions dollars à 52 entreprises agricoles qui ont soulevé des revenus pour près de 12.000 employés et plus de 190.000 petits agriculteurs.

Root Capital a également mis à l’échelle de son programme de conseil dans la région, offrant des chefs d’entreprises agricoles une suite de modules de formation pour développer les compétences en leadership et de gestion financière dont ils ont besoin pour croître et soutenir les entreprises africaines.

« Avec le soutien de la Fondation MasterCard, Root Capital sera en mesure de cibler de plus en plus les entreprises en phase initiale en Afrique de l’Ouest qui opèrent en marge de l’inclusion financière,  les entreprises qui démontrent un potentiel de croissance et de générer un impact accru», a déclaré Diaka Sall Racine, directeur général de Capital pour l’Afrique de l’Ouest.

Share Button