Si les présidentielles gabonaises du samedi 27 août se sont déroulées dans le calme, la gestion de la période allant des décomptes à la publication des résultats officiels, prévue ce mardi, apparaît d’emblée compliquée. En effet,  le camp de Ali Bongo s’est dit victorieux, dès samedi soir, quelques heures à peine après la fin du scrutin.
“Nous sommes en mesure d’affirmer que notre candidat, Ali Bongo Ondimba, emportera la victoire (…) Nous sommes déjà en route pour un second mandat », a martelé le porte-parole d’Ali Bongo, Alain-Claude Bilie-By-Nze.

De son côté, Jean Ping, le principal adversaire du président sortant, s’est proclamé vainqueur. Dans des déclarations relayées par l’agence AFP, l’ancien ministre des Affaires Étrangères dit se fonder sur les “résultats provisoires”. “Je suis l’élu. J’attends que le président sortant m’appelle pour me féliciter”, a-t-il notamment déclaré. 

L’annonce (des résultats) est prévue mardi 30 août vers 17h00 » (16H00 GMT), avait déclaré peu auparavant le ministre de l’Intérieur, Pacôme Moubelet. Le ministre avait rappelé « qu’il est illégal de proclamer des résultats chiffrés en amont de l’annonce des autorités compétentes ».

Un millier d’observateurs internationaux et nationaux ont supervisé le scrutin. Ceux de l’Union européenne (UE) et de l’Union africaine (UA) n’ont fait état d’aucun incident pendant la journée de vote.
O. S