l-afrique-du-sud-14332327

Il aura fallu juste deux ans pour que Johannesburg retrouve son titre de première économie africaine. Malgré les crises minière et agricole auxquelles elle est confrontée et sa croissance atone en 2015 (1,3%), l’Afrique du Sud est parvenue à détrôner le Nigeria, l’autre géant africain en perte de vitesse, qui a du mal à se relever de la chute des cours du pétrole.

Selon les calculs du Fonds monétaire international (FMI), le PIB du Nigeria en 2015 est en effet estimé à 296 milliards de dollars contre 301 milliards de dollars pour l’Afrique du Sud, soit un différentiel de 5 milliards.

Le fait est que ce statut acquis en réalité dû qu’à un jeu de changes. Le PIB, qui sert référentiel, étant évalué en monnaie locale avant d’être exprimé en dollar au cours de 2016. Et, contrairement au naira qui a perdu 30% de sa valeur par rapport au dollar depuis le début de l’année, le rand sud-africain, lui, s’est plutôt bonifié de 16%.

L’Afrique du Sud devrait toutefois pouvoir conserver son titre en raison de perspectives économiques jugées bien meilleures. Dans sa dernière évaluation, le FMI lui prédit, pour 2016, une croissance de 0,6%, à l’inverse du Nigeria dont le PIB devrait chuter à – 1,8%.

Share Button