Par Nephthali Messanh Ledy

port-2

Le Gabon dispose désormais d’un deuxième terminal minéralier. Il s’agit du Port minéralier d’Owendo, inauguré ce mercredi par le Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba. « Nous disposons désormais d’un outil de compétitivité unique sur la façade atlantique du continent », s’est-il réjoui.

D’un coût total de 88 milliards de francs CFA, l’infrastructure, fruit d’un partenariat public-privé signé entre l’Etat gabonais, le groupe agro-industriel singapourien Olam et Africa Finance Corporation, vise  à favoriser la diversification de l’économie et l’industrie du pays. « Le Gabon est open for business », a indiqué M. Bongo. « Nous appelons encore plus d’investisseurs à venir, nous avons un pays qui est en paix (…) et stable, où le cadre des affaires s’améliore de jour en jour et nous pensons que les opportunités d’investissements sont importantes ».

L’ouvrage développé par la société Gabon Spécial Economic Zone Mineral Port (GSEZ) dispose d’un quai d’une longueur de 2 20 mètres et d’une capacité d’accostage de deux barges de 2.100 tonnes chacune, avec une zone de stockage de 1700 mètres carrés. Il jouxte un ancien quai exploité par la Compagnie minière de l’Ogooué  (COMILOG), filiale gabonaise du groupe français Eramet.

C’est « une infrastructure essentielle pour l’export “made in Gabon”, la diversification de notre économie, son ouverture au monde, et la création d’emplois », a déclaré le président gabonais.

D’une capacité de 3 millions de tonnes dans sa première phase, le port, construit sur une superficie de 45 ha gagnés sur l’eau, affiche l’ambition de s’imposer comme un acteur majeur du secteur primaire, en offrant une solution logistique pour les exploitants miniers. Ses installations comprennent un terminal minéralier d’une capacité finale de 10 millions de tonnes et un terminal polyvalent d’agrégats.