sukuk

Après une première opération réussie en novembre 2015, la Côte d’Ivoire s’essaie à nouveau à la finance islamique avec une deuxième émission de 150 milliards F CFA (228,6 millions d’euros) sous forme d’obligations islamiques ou Sukuk. Une émission qui permettra au gouvernement ivoirien de poursuivre les investissements et d’apurer certaines créances de l’État.

Lancée par le Trésor public ivoirien, ce deuxième Sukuk entre dans le cadre d’un programme qui devrait permettre au pays de mobiliser 300 milliards de F CFA en sukuk sur la période 2015-2020. Avec une maturité de sept ans (2016-2023), la période de souscription concerne la période allant du 1 au 31 août inclus.

L’arrangeur principal et chef de file est la Société islamique pour le développement du secteur privé (SID), une filiale du groupe Banque islamique de développement (BID). Les co-chefs de file sont Bibe Finances & Securities (BFS), basé à Cotonou, Bici Bourse (groupe BNP Paribas) et BNI Finances de Côte d’Ivoire. Les sociétés de gestion et d’intermédiation agréées par la BRVM prennent également part à l’opération.