Par Bandiaré ndoye,

bid_senegal

Au lendemain de la revue de son portefeuille de coopération entre le Sénégal, la Banque Islamique de Développement (BID) déplore le faible taux de participation du Sénégal, estimé à juste 19%. Malgré son portefeuille disponible et évalué à 648 milliards de FCFA en sa faveur, le Sénégal peine toujours à respecter son engagement.

Selon Musa Sylla, directeur régional de la BID, « le taux de décaissement actuel du portefeuille qui s’élève à 19%, après trois années d’exécution en moyenne des projets et programmes financés par la BID au Sénégal, nous interpelle » a-t-il fait savoir.

Et pour y remédier, Musa Sylla interpelle les autorités sénégalaises à gérer son portefeuille avec beaucoup plus de rigueur et appelle à « l’accélération de la mise en œuvre des projets en cours pour la réalisation des projets retenus, dans le domaine des infrastructures d’énergie, du transport… ».

Face à cette situation, le ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou Ba, a regretté les lenteurs notés dans les procédures de passation des marchés entre le Sénégal et la BID. Pourtant « la BID avait bien respecté les engagements qu’elle avait pris vis à vis du Sénégal lors du Groupe consultatif de paris en févier 2014 » a-t-il fait savoir.

Ce contenu pourrait également vous intéresser