BVMACbongoPar Nephthali Messanh Ledy, Lomé. La Bourse des valeurs mobilières d’Afrique centrale (BVMAC)  dispose depuis le 5 juillet 2016 d’une nouvelle salle de marché inaugurée par le président gabonais Ali Bongo Ondimba. «Je souhaite voir beaucoup plus d’entreprises gabonaises inscrites à cette bourse », a-t-il exprimé. « (…) Il est clair que nous allons soutenir un instrument comme celui-là, car il rentre dans le cadre de la diversification de notre économie».

Et de soulever l’une des difficultés rencontrées par les PME dans les activités : « la problématique de la plupart de nos pays, de nos entreprises, c’est comment soutenir l’effort et surtout avoir accès au crédit. Là, nous avons un instrument qui est très important et qui peut nous amener à solliciter des soutiens financiers. Les différentes opérations qui ont été menées montrent déjà la possibilité qui est la nôtre, le dynamisme que cette bourse peut avoir. Il est clair que dans le cadre de l’intégration régionale, c’est un instrument dont nous ne saurions nous passer».

Pour Pascal Houangni Ambouroué, le directeur général de la bourse, la nouvelle infrastructure – équipée par l’opérateur chinois StarTimes avec lequel la BVMAC a signé un partenariat technique le 1er juin 2015- permettra « de dérouler, toutes les opérations liées au marché, à savoir : la cotation, la transaction, la surveillance et le règlement/livraison, en un même lieu».

Créée le 27 juin 2003 à Libreville,  la BVMAC dispose à ce jour, d’une capitalisation de plus de 560 milliards de francs CFA. Son capital social est réparti entre les sociétés de bourse, établissements de crédit, sociétés d’assurance, et autres institutions et organisations ou sociétés commerciales agréées par la COSUMAF, le gendarme financier de la CEMAC.

Pour rappel, les autorités de la BEAC (Banque des États d’Afrique centrale) envisagent une fusion entre la BVMAC et sa sœur de Douala, la Douala Stock Exchange,  tel que recommandée par le cabinet Roland Berger et la Banque mondiale dans le rapport de leur étude sur le potentiel du marché financier régional de l’Afrique centrale et les mesures d’accompagnement.

 

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser