Jean-Mermoz Konandi.

La compagnie nationale pétrolière nigériane (NNPC) a annoncé ce 30 juin dans un communiqué avoir signé des accords pétroliers pour 80 milliards de dollars avec des entreprises chinoises. 

Il s’agit de protocoles d’accords, fruits des négociations engagées, en début de semaine, par Emmanuel Kachikwu, sous-secrétaire d’Etat au Pétrole et patron de la NNPC à Pékin. L’objectif visé est de réaliser de nouveaux investissements afin de combler le déficit en infrastructures pétrolières et gazières du pays et remettre sur les rails les raffineries de l’entreprise publique, informe le communiqué.

 

C’est que le pays continue de souffrir de l’insuffisance et du manque de maintenance de ses installations pétrolières. Ce qui contraint le premier producteur africain d’or noir à importer du pétrole raffiné pour sa consommation.

 

Une bonne nouvelle pour le pays qui a habitué l’opinion aux images de longues files d’attente aux stations-services. Mais reste la résurgence des attaques de groupes armées qui sabotent les pipelines et perturbent fortement la production nigériane, un défis majeur pour la première économie du continent. En début de mois, la production, pour cette raison, a baissé de 500 mille barils jours pour s’établir à 1,6 million. La NNPC a toutefois assuré dernièrement que la production journalière avait pu remonter à 1,9 million

Share Button