Jean-Mermoz KONANDI.

Le feuilleton de la « guerre » d’abord larvée, puis désormais frontale, qui oppose depuis plusieurs mois, le pouvoir de Mauritanie au patronat, symbolisé par la personne de son président, l’homme d’affaires Ahmed Baba Ould Azizi, prend une nouvelle tournure.Ainsi, l’Union Nationale du Patronat de Mauritanie (UNPM) dénonce « une immixtion » du premier Ministre, Yahya Ould Hademine, dans le processus de renouvellement de ses instances et appelle à l’ouverture d’une enquête internationale indépendante, impliquant la Banque Mondiale (BM) et le Fonds Monétaire International (FMI), des cabinets d’experts internationaux et la société civile, pour mettre fin aux agissements incriminés, dans une déclaration rendue publique mardi après midi.

L’intervention du pouvoir dans le processus de renouvellement des instances de l’UNPM « est une transgression du principe de la liberté syndicale et d’association, respectivement consacré par le préambule et l’article 10 de la constitution, l’article 266 du Code du Travail et la Convention 87 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) » explique la déclaration.

L’UNPM accuse le premier Ministre d’avoir convoqué individuellement à la même date et à la même heure, les présidents de fédérations professionnelles affiliées pour leur enjoindre de changer de représentant dans la perspective du renouvellement des instances de l’organisation patronale, sous la menace d’une cessation de toute de collaboration avec le gouvernement.

Celle-ci doit élire un nouveau président au cours des prochains mois.

La déclaration de l’UNPM rappelle que les fédérations professionnelles affiliées, largement majoritaires, se sont prononcées pour le renouvellement du mandat de l’actuel président.

L’organisation patronale déplore par ailleurs « les multiples blocages » dont souffre l’économie mauritanienne, avec le retrait des investisseurs étrangers, à l’image de GLENCORE (prospection minière).

La déclaration de l’UNPM rappelle par ailleurs le passé de gestionnaire de l’actuel premier Ministre, responsable « de la faillite » d’entreprises publiques telles que la SAFA et ATTM » deux filiales de la Société Nationale Industrielle et Minière (SNIM).

Yahya Ould Hademine est un cadre issu de la SNIM.

L’organisation patronale rappelle sa qualité de membre fondateur de plusieurs organisations sous régionales, régionales et internationales.

Ahmed Baba OuldAziz figure au rang des soutiens de la première heure du pouvoir de Mohamed Ould Abdel Aziz. Les deux hommes sont également issus du même ensemble tribal.

Toutefois, le président du patronat serait tombé en disgrâce depuis quelques années suite à une série « d’incidents » liés à des questions d’attribution de marchés (centrale duale électrique de Nouakchott et tour de la SNIM dans la même ville).

               AS