Pranab Mukherjee a foulé ce 14 juin le sol abidjanais pour la première visite d’un chef d’Etat indien en Côte d’Ivoire. A l’invitation de son homologue, Alassane Ouattara, le président indien entame une visite de 48 heures afin d’ouvrir de nouveaux champs de coopération économiques entre les deux pays.

Cinquième partenaire commercial de la Côte d’Ivoire, l’Inde a vu ses échanges avec Abidjan augmenté de 40% entre 2014 et 2015, passant à 841,8 millions de dollars, soit environ 575 milliards FCFA. Des échanges au profit d’Abidjan qui compte pour 532,1 millions de dollars dans ces échanges.

Il s’agit essentiellement de matières premières, noix de cajou et de produits pétroliers, pour l’un et des produits divers manufacturiers pour l’autre. Mais la présence indienne reste modeste avec une vingtaine d’entreprises confinées essentiellement dans le secteur minier. Une donne que les deux pays veulent inverser.

Pour la Côte d’Ivoire, l’enjeu est de trouver un nouvel acteur pour mettre en route ses ambitions dans le secteur des TIC, mais aussi pour la transformation de ses produits agricoles et combler ses besoins de financements.

Outre de nouveaux accords qui seront ratifiés, un forum économique ivoiro-indien va se tenir ce mercredi afin de rapprocher les secteurs privés des deux pays autour des opportunités qu’offre le marché ivoirien.

La semaine dernière, l’Inde a octroyé via Exim Bank of India, un prêt de 56,4 milliards FCFA, environ 85,98 millions d’euros, à l’Etat ivoirien pour le compte de la SOTRA, la société qui gère la concession de transport public à Abidjan. Et début juin l’institution a accordé une ligne de crédit de 24 millions de dollars pour le financement d’un projet d’interconnexion électrique entre la Côte d’Ivoire et le Mali.

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser