A cause de la conjecture économiques défavorable et du recul des recettes pétrolières, le gouvernement congolais a décidé, le 1er juin 0Congo-Brazzaville : un projet de loi de finances rectificative, d’adopter un projet de loi de finances rectificative prévoyant une réduction de 8% des dépenses prévues en 2016.

Dans son compte-rendu, le ministre de la Communication et des médias, porte-parole du gouvernement, sassouThierry Moungalla, a expliqué cette situation par la volonté de l’exécutif de réduire le train de vie de l’Etat au regard de la situation économique marquée par la chute des cours du pétrole, principale source de revenu du pays.

Dans ce  projet de loi de finances rectificative,  les ressources budgétaires attendues en 2016 sont  ramenées à 2 121,5 milliards de F CFA contre 2 333 milliards de F CFA dans la loi initiale, soit une baisse de 211,5 milliards de F CFA (environ -9 %).

Les charges budgétaires prévues cette année sont abaissées à 2 396 milliards de F CFA contre 2 608 milliards de F CFA, dans la loi de Finances initiales, soit une baisse de -8,12 %.

Le Congo qui tablait sur les recettes pétrolières de 750 milliards lors de l’élaboration du budget  2016 devra se contenter de quelque 544 milliards FCFA.

En conséquence, la réduction des charges budgétaires attendues en 2016 affecte principalement les dépenses d’investissements, abaissées de -15,6 % à 1 306,7 milliards de F CFA.  Les dépenses de fonctionnement de l’État reculent également (-6 %) à 301,1 milliards de F CFA, tandis que la masse salariale reste inchangée à 410,1 milliards de F CFA.

 

Mariata Dieng

Share Button