Dans le numéro de Financial Afrik à paraître le 15 juin 2016, le prèsident mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, répond à toutes nos questions. À commencer par la suppression du sénat et ce troisième mandat, objets de toutes les spéculations à Nouakchott, en passant par la question sensible de l’esclavage, l’emprisonnement et la libération du leader abolitionniste Birame Dah Ould Abeid. Dans des réponses directes et sans détour, le président mauritanien nous donne aussi son sentiment sur la présumée alliance avec Al Quaeda qu’aurait signé son pays.

Sous Mohamed Abdel Aziz, la Mauritanie a acquis une certaine ossature sur l’échiquier geo-stratégique régional en se portant à l’avant garde du G5 et de son projet de compagnie aérienne commune aux pays du Sahel. Symbole de ce repositionnement du pays, l’aéroport international de Nouakchott, un joyau architectural réalisé par une expertise locale,  qui sera inauguré bientôt en marge de la tenue -une première – du sommet de la ligue arabe à Nouakchott. L’entretien a été réalisé le 29 mai 2016 au palais présidentiel de Nouakchott par Christine Holzbauer, envoyée spéciale de Financial Afrik,  dans le cadre d’un voyage de presse.