Emirates atteint des bénéfices jamais réalisés avec 7,1 milliards AED (1,9 milliards $ US)
Emirates atteint des bénéfices jamais réalisés avec 7,1 milliards AED (1,9 milliards $ US)
 Le Groupe enregistre sa 28ième année consécutive de profits, et un nouveau bénéfice record chiffré à 8,2 milliards AED (2,2 milliards $ US);
   o Croissance soutenue des entreprises en adéquation avec le renforcement des capacités, d’importants investissements à hauteur de 17,3 milliards AED (4,7 milliards $ US)
   o Déclaration d’un dividende de 2,5 milliards AED (681 millions $) à la Société d’investissement de Dubaï.
 Emirates atteint des bénéfices jamais réalisés avec 7,1 milliards AED (1,9 milliards $ US)
   o La capacité de la compagnie aérienne dépasse 56 milliards d’ATKM avec 29 nouveaux avions ajoutés à la flotte
   o Baisse des recettes de 4% à 85,0 milliards AED (23,2 milliards US $), après 6,0 milliards AED (1,6 milliard $ US) en raison d’une tendance défavorable du taux de change.
 Dnata réalise le plus gros bénéfice jamais réalisé, dépassant 1 milliard AED (287 millions de US $) pour la première fois de son histoire.
   o Revenues chiffrés à 10,6 milliards AED (2,9 milliards $ US) présageant une expansion des affaires, avec des investissements internationaux qui rapportent désormais plus de 64% des revenues
DUBAI, Émirats Arabes Unis, le 24 mai 2016 – Le Groupe Emirates a annoncé sa 28e année consécutive de rentabilité et l’expansion progressive de ses affaires, terminant l’année avec des bénéfices record, et dans une position confortable en dépit des défis mondiaux et opérationnels au cours de cette période.
Au cours de l’exercice 2015-16, Emirates et Dnata ont enregistré de nouveaux seuils de capacité et de rentabilité, alors que le Groupe poursuivait son expansion mondiale, et à renforcer ses activités grâce à des investissements stratégiques.
Dans son rapport annuel 2015-16, le Groupe Emirates a annoncé 8,2 milliards d’AED (2,2 milliards US $) de bénéfice pour l’exercice qui s’est clôturé le 31 Mars 2016, soit une hausse de 50% par rapport à l’année dernière. Le chiffre d’affaires du Groupe a atteint 93 milliards AED (US $ 25,3 milliards), soit une baisse de 3% par rapport aux résultats de l’an dernier, et le solde de trésorerie du Groupe a enregistré une forte augmentation de 23,5 milliards AED (6,4 milliards $ US).
Son Altesse (H.H.) Sheikh Ahmed bin Saeed Al Maktoum, Président et Directeur Général, d’Emirates
Airline and Group, a fait la déclaration suivante : “Emirates et Dnata ont engrangé des bénéfices record, de solides performances commerciales, et ont continué à croître tout au long de l’exercice 2015-16. Malgré une situation de change défavorable qui a érodé nos revenus et bénéfices, un environnement économique mondial incertain marqué par les désidératas des consommateurs et des investisseurs, ainsi que l’instabilité sociale et politique dans plusieurs régions du monde, la performance du Groupe témoigne de la réussite de notre modèle et de la finesse de nos stratégies d’affaires. “
«Nos investissements progressifs visant à développer notre personnel et à soutenir la performance de notre entreprise, nous permettent de réagir avec agilité face aux nouveaux défis et opportunités qui se présentent à nous au fil des années. En 2015-16, le Groupe a globalement investi plus de 17,3 milliards AED (4,7 milliards $ US) dans l’achat de nouveaux aéronefs et équipement, l’acquisition de sociétés, des installations modernes, les technologies de pointe, ainsi que dans des initiatives axées sur son personnel. Ces investissements vont renforcer nos bases déjà solides, permettre d’étendre notre avantage concurrentiel, et d’accélérer notre progression vers nos objectifs à long terme. »
Le nombre des employés du Groupe répartis dans ses 80 filiales et sociétés a augmenté de 13% pour atteindre un effectif de plus de 95,000 personnes – une forte représention qui regorge plus de 160 différentes nationalités.
«En nous projetant sur l’année à venir, nous restons convaincus que la baisse du prix du pétrole continuera d’être une épée à double tranchant – à la fois une aubaine pour nos coûts d’exploitation, mais aussi une entrave pour le commerce mondial et la confiance des consommateurs. La force du dollar par rapport aux principales devises restera un défi, tout comme la menace que constitue le protectionnisme dans certains pays. Cependant, nous entamons la nouvelle année financière avec sérénité, forts d’un bilan robuste, d’un palmarès solide, d’un portefeuille global diversifié, et d’une réserve de talents au niveau international. Nous allons continuer à évoluer et à faire croître notre entreprise de façon rentable, et travailler encore de façon plus assidue pour répondre aux attentes de nos clients et même faire plus», a déclaré le Cheikh Ahmed.
En harmonie avec son bénéfice global, le Groupe a fait la déclaration d’un dividende de 2,5 milliards d’AED (681 millions $) à la Société d’investissement de Dubaï.
Les Performances d’Emirates
La capacité totale d’Emirates, transport passagers et fret confondus a franchi la barre des 56 milliards, à 56,4 milliards d’ATKMs à la fin de l’exercice 2015-16, permettant ainsi à la plus grande compagnie
aérienne internationale du monde de consolider sa position. La compagnie aérienne a renforcé sa capacité au cours de l’année avec 5,5 milliards de tonnes-kilomètres (ATKMs) disponibles, soit 11% par rapport à 2014-15.
Emirates a renforcé sa flotte avec 29 nouveaux avions, son plus grand nombre au cours d’un exercice, dont 16 A380, 12 Boeing 777-300ER et un Boeing 777F, portant sa flotte à 251 à la fin du mois de mars. Sur la même période, neuf avions ont été retirés du trafic, ce qui ramène l’âge moyen de sa flotte à 74 mois ; soit à environ la moitié de la moyenne au sein de l’industrie aéronautique qui est de 140 mois. La compagnie aérienne demeure le plus grand opérateur du Boeing 777 et de l’A380 au monde ; Les deux appareils comptant parmi les gros porteurs les plus modernes et les plus efficaces dans le ciel d’aujourd’hui.
Avec la livraison de nouveaux avions, Emirates vient de lancer huit nouvelles dessertes pour les passagers : Bali, Bologne, Cebu, Clark, Istanbul (Sabiha Gökçen), Mashhad, Multan, Orlando ; ainsi que deux nouvelles destinations supplémentaires destinées au fret sur Columbus et Ciudad del Este. En outre, elle vient d’ajouter des services et d’étendre ses capacités vers 34 villes de son réseau aérien existant à travers l’Afrique, l’Asie, l’Europe, le Moyen-Orient, et en Amérique du Nord, offrant aux clients encore plus de choix et de la connectivité.
Sous l’effet conjugué des dévaluations significatives des devises face au dollar américain et des ajustements tarifaires consécutifs à la réduction des prix du pétrole, les revenus d’Emirates ont chuté de 4% passant à 85 milliards de dirhams (US $ 23,2 milliards).
La hausse soutenue du dollar américain par rapport aux devises dans la plupart des principaux marchés d’Emirates a eu un impact de 6,0 milliards AED (1,6 milliards $ US) sur les revenus de la compagnie aérienne, et un impact de 4,2 milliards AED (1,1 milliard $ US) sur la rentabilité de la compagnie
aérienne.
Toutefois, les coûts d’exploitation totaux ont baissé de 8% par rapport à l’exercice 2014-15. Le prix moyen du kérosène a baissé au cours de l’exercice fiscal, soutenant ainsi les performances d’Emirates. La facture de kérosène de la compagnie aérienne a connu une baisse de 31% par rapport à l’an dernier, passant à 19,7 milliards AED (5,4 milliards $ US). Le pétrole représente désormais 26% des coûts d’exploitation, cotre à 35% en 2014-15, mais il est resté la composante essentielle des coûts d’exploitation de la compagnie aérienne.
La compagnie aérienne a su faire face à la pression concurrentielle très élevée sur tous les marchés pour enregistrer un bénéfice de 7,1 AED milliards (1,9 milliards $ US), soit une augmentation de 56% par rapport aux résultats de l’exercice précédent, et une marge bénéficiaire saine de 8,4%, la marge la plus forte jamais enregistrée depuis 2010- 11.
En transportant un nombre record de 51,9 millions de passagers (+ 8%), Emirates a franchi le cap de 50 millions de passagers, et atteint le coefficient siège passager de 76,5%. La baisse de ce coefficient par rapport à 79,6% enregistrés l’an dernier est liée à la forte augmentation de 13% de la capacité en termes
de siège  , et aussi en partie dû à l’incertitude économique persistante et à la forte concurrence sur de nombreux marchés.
La croissance globale du trafic passager continue de démontrer la volonté des consommateurs à voyager avec les avions d’Emirates à la pointe de la technologie sur des dessertes convenables via sa plate-forme de Dubaï. Le service premium ainsi que les facteurs liés à l’occupation des sièges dans la légendaire A380 d’Emirates a été distinctif dans le réseau, mettant ainsi en relief la popularité du service premium d’Emirates et des produits liés à l’A380 pour ses passagers. Au 31 Mars 2016, Emirates comptait 75 avions A380 dans sa flotte, desservant une destination sur quatre sur son réseau.
A cause de la dépréciation des principales devises face au dollar américain, le rendement des passagers a chuté pour atteindre 26,7 (7,3 centimes US) par Revenu Passager au Kilomètre (RPKM).
Pour financer la croissance de sa flotte, Emirates a mobilisé une somme un record de 26,9 milliards AED (7,3 milliards $), à travers une variété de structures de financement.
Le fait saillant du système de financement d’Emirates c’est l’adoption d’une structure hybride typique de location-exploitation, combinant les banques allemandes et les investisseurs institutionnels en
au kilomètre offert (SKO)
association avec une dette islamique au format Murahaba pour financer un avion A380.
En Asie, Emirates a continué à explorer le marché japonais pour les structures d’exploitation japonaises de location (JOL) ainsi celle avec option d’achat (JOLCO) sur la A380 et le Boeing 777-300ER livrés au cours de l’année. Emirates a également clôturé le premier bail jamais contracté sur un avion A380 entièrement financé par le marché institutionnel coréen à travers des placements privés avec un groupe d’institutions financières non bancaires.
Ces offres sont en adéquation avec la stratégie d’Emirates consistant à diversifier ses sources de financement, et témoignent de la bonne santé financière du Groupe ainsi que de la forte confiance des investisseurs par rapport au modèle d’affaires de la compagnie aérienne.
Emirates a clôturé l’exercice en force avec de nouveaux gains de 14,1 milliards AED (3,8 milliards $) de flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation.
Les revenus générés à travers six régions d’Emirates restent bien équilibrés, puisqu’aucune parmi elle ne contribue à une proportion supérieure à 30% des revenus globaux. L’Europe est la région qui génère le plus de revenus avec 24,0 milliards AED (6,5 milliards $), en baisse de 5% par rapport à l’exercice 2014-15. L’Asie de l’Est et de l’Australasie suivent de près avec 22,4 milliards AED (6,1 milliards $), en baisse de 9%. La région des Amériques a enregistré une croissance du chiffre d’affaires et est passé à 12,0 milliards AED (3,3 milliards $), soit une hausse de 9%. Les revenus de l’Afrique, du Golfe et du Moyen-Orient ont chacune enregistré une baisse de 3% passant respectivement à 9,1 milliards AED, (2,5 milliards $ US) et 8,4 milliards AED (2,3 milliards $ US). Les revenus de l’Asie de l’Ouest et de l’Océan Indien ont diminué de 4%, passant à 7,6 milliards d’AED (2,1 milliards $ US).
Conformément à sa stratégie axée sur la clientèle, Emirates a investi plus de 80 millions AED (21,9
millions US $) l’année dernière pour installer un système de connectivité via Wi-Fi en vol sur 70% des dessertes. La compagnie aérienne vient également de lancer des kits confectionnés pour les clients en première classe et classe affaires, ainsi qu’une nouvelle gamme de jouets et un pack d’activités pour enfants à bord. Elle vient d’inaugurer de nouveaux sièges plats entièrement améliorés en classe affaires sur la Boeing 777-300ER, et vient de lancer son A380 configuré en deux classes, doté des plus grands écrans de divertissement individuels en classe économique dans les airs. Emirates vient également d’ouvrir de nouveaux salons d’attente dans les aéroports de Tokyo Narita et du Cap, faisant passer le nombre de salons du genre à 39 à travers le monde, avec un investissement de 352 millions US $ dans son programme de salon depuis sa création.
Pour l’exercice 2016-17, Emirates a annoncé de nouvelles dessertes sur Yinchuan et Zhengzhou en Chine, Yangon au Myanmar et Hanoï au Vietnam, en dehors des mises à niveau de ses capacités sur les dessertes existantes.
Emirates SkyCargo continue de jouer un rôle essentiel dans les opérations d’expansion de la compagnie, contribuant à 14% du chiffre d’affaires total du transport aérien de la compagnie.
Conformément à sa stratégie axée sur la clientèle, Emirates a investi plus de 80 millions AED (21,9 millions US $) l'année dernière pour installer un système de connectivité via Wi-Fi en vol sur 70% des dessertes.
Conformément à sa stratégie axée sur la clientèle, Emirates a investi plus de 80 millions AED (21,9millions US $) l’année dernière pour installer un système de connectivité via Wi-Fi en vol sur 70% des dessertes.

La division fret d’Emirates a communiqué un chiffre d’affaires de 11,1 milliards AED (3,0 milliards $), soit une baisse de 9% par rapport à l’année dernière, tandis que le tonnage a augmenté de 6% pour atteindre 2,5 millions de tonnes dans un marché du fret aérien resté difficile avec l’évolution rapide de la demande. Cette année, le rendement fret par tonne-kilomètre (FTKM) a fortement diminué pour passer à de 16%, et a été également affectée par l’affaiblissement des principales monnaies.

En plus de la capacité de ses soutes sur les nouvelles dessertes de passagers, Emirates SkyCargo a augmenté ses activités de fret à destination de Mexico City, et a lancé de nouveaux services de fret à Ho Chi Minh-Ville (Vietnam), Ahmedabad (Inde), Columbus (Etats-Unis), Alger (Algérie ) et Ciudad Del Este (Paraguay). Au cours de l’exercice 2015-16, Emirates SkyCargo a officiellement inauguré son terminal de fret spécialement conçu pour les opérations de fret à Al Maktoum Airport International (DWC), et a reçu un Boeing 777F, portant sa flotte cargo à 15 avions à savoir: 13 Boeing 777F, et deux 747-400Fs Boeing.
La division hôtellerie d’Emirates a enregistré des revenus de 700 millions AED (US $ 191 millions), soit une augmentation de 1% par rapport à l’année dernière.
Les Performances de Dnata
En 57 années de fonctionnement, l’xercice 2015-16 a été le plus rentable dans l’histoire de Dnata, dont le bénéfice dépasse 1 milliard AED (US $ 287 millions) pour la première fois. Fort de ses bons résultats de l’année précédente, les revenus de Dnata ont augmenté pour atteindre 10,6 milliards AED (2,9 milliards $ US). Les investissements internationaux de Dnata représentent désormais plus de 64% de son chiffre d’affaires.
Cette augmentation substantielle du chiffre d’affaires de 16% a été atteinte grâce à la croissance interne de la compagnie, mais elle a été soutenue par la première année d’activité du Stella Group, acquis par Dnata Travel en octobre 2014, pendant de l’exercice précédent, ainsi que grâce aux opérations aéroportuaires en Australie qui ont été entièrement acquises par Dnata à partir de sa contribution de 50% en mars 2015 dans le cadre d’un partenariat avec Toll.
En s’appuyant sur niveaux record de l’année dernière en termes d’investissement, Dnata a continué à jeter les bases d’une croissance future en investissant 585 millions AED (US $ 159 millions) dans le développement de son personnel, les infrastructures, la technologie et les nouvelles acquisitions.
Les faits saillants au cours de l’exercice 2015-16 comprennent l’acquisition de nouvelles entreprises internationales à savoir : les activités de fret d’Aviapartner à l’aéroport d’Amsterdam Schiphol ; le service au sol au niveau de deux aéroports de Milan ; et les Service au Sol de RM au Brésil, lesquels étendent l’empreinte mondiale de Dnata vers les Amériques pour la première fois.
Le chiffre d’affaires de Dnata issu des activités aéroportuaires dans les Emirats Arabe Uni (E.A.U.), transport passagers et fret confondu, a augmenté de 13% pour atteindre 2,9 milliards AED (US $ 777 millions). La hausse considérable du chiffre d’affaires est la résultante de la fermeture de 80 jours des pistes de l’aéroport international de Dubaï (DXB) qui a eu un impact sur le chiffre d’affaires l’année précédente.
En adéquation avec la croissance du chiffre d’affaires, le nombre d’avions gérés par Dnata aux E.A.U. a augmenté de 12% pour atteindre 211.000, tandis que la manutention et le fret ont chuté de 6%, passant à 689.000 tonnes comme on pouvait s’y attendre en raison d’un malaise continu au niveau du fret. Dubai World Central représente désormais 24% des activités de manutention de Dnata à Dubaï. Au cours de l’année, Dnata a fait connaître ses activités au nouveau hall DXB, avec 3000 membres du personnel formés pour aider au transfert des clients vers les nouvelles installations.
La division des opérations de Dnata sise à l’aéroport international a augmenté ses recettes de façon substantielle, de 32% passant à 2,1 milliards AED (571 millions $ US), en raison de l’augmentation du volume d’affaires et des entreprises nouvellement acquises aux Pays-Bas et au Brésil. Le nombre d’avions affrétés a augmenté de manière significative de 63% passant à 178.000. La Division Cargo a enregistré une croissance substantielle de 46%, atteignant 1,4 millions de tonnes de marchandises affrétées. Ces
résultats sont les fruits des investissements des années précédentes dans de nouvelles infrastructures de manutention, et plus particulièrement au Royaume-Uni.
Le Service de Restauration de Dnata représentait 1,9 milliard AED (US $ 514 millions) de son chiffre d’affaires total, en baisse de 7% et principalement à cause de l’affaiblissement significatif des principales devises face au dollar américain. L’activité de restauration aérienne a produit plus de 57 millions de repas au cours de l’année, soit une légère baisse de 1% en raison de la baisse du volume d’activités en Italie.
Le chiffre d’affaires de la division Dnata Travel a connu une forte hausse de 34% pour atteindre 3,3 milliards AED (901 M $ US). Il représente désormais le plus important secteur d’activités de Dnata en termes de revenus. Cette performance est imputable à la croissance des affaires au Royaume-Uni grâce à l’impact annuel de Star Group acquis en Octobre 2014, et à l’intégration des activités de la Division Destination & Leisure Management du groupe sise à Dubaï, ainsi qu’au Département des dessertes touristiques dénommé Emquest. La valeur sous-jacente totale de transaction (TTV) des services de voyages vendus a augmenté de façon substantielle de 20%, pour atteindre 11,7 milliards de dirhams (3,2 milliards $).
Au cours de l’exercice 2015-16, les coûts d’exploitation de Dnata ont augmenté d’une manière significative de 17%, pour atteindre 9,6 milliards AED (2,6 milliards $ US). Ceci est le reflet de l’impact de l’intégration des sociétés nouvellement acquises, principalement à travers ses activités aéroportuaires internationales et les services de voyage.
Le solde de trésorerie de Dnata a connu une augmentation record de 3,5 milliards AED (944 M $), après avoir connu une hausse significative l’an dernier grâce à ses nouvelles acquisitions. Le volume des affaires a enregistré 1,4 milliard AED (379 millions de US $) de flux de trésorerie provenant des activités d’exploitation au cours de l’exercice 2015-16, soit une augmentation de 31% par rapport à l’année dernière. Ceci constitue également un nouveau record pour la compagnie.
L’effectif de Dnata a augmenté de plus de 34.000 personnes, soit une croissance de 24%, qui tient compte des employés des sociétés nouvellement acquises. Avec l’expansion de ses activités au plan international, le ratio du personnel de Dnata basé aux EAU a connu un recul de 48%.

Ce contenu pourrait également vous intéresser