174

Il est temps de promouvoir l’investissement dans la biodiversité et contribuer au développement durable en Afrique. Tel est l’appel solennel lancé à Addis-Abeba, en Ethiopie par Patrick Kormawa, coordinateur sous-régional de la FAO pour l’Afrique orientale et représentant auprès de l’Union africaine (UA) et la Commission économique pour l’Afrique (CEA).

« Il y’a un besoin urgent de changer le paradigme de la production agricole en vue d’y intégrer la dimension de la qualité nutritionnelle », a déclaré   M. Kormawa en marge d’une réunion de trois jours, organisée par la Commission des ressources génétiques pour l’alimentation et l’agriculture de la FAO du 24 au 26 mai 2016 dans la capitale éthiopienne.

Cette réunion évaluera l’état des connaissances, ainsi que les besoins et les priorités pour une utilisation durable et la conservation de la biodiversité en Afrique sub-saharienne.

« La biodiversité représente un atout essentiel pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris et pour l’humanité de s’adapter au changement climatique et renforcer la résilience pour assurer la sécurité alimentaire face au changement climatique. Les pays africains prônent vivement un accord équilibré qui traite à la fois les aspects d’atténuation et d’adaptation dans une mesure tout à fait égale », a-t-il ajouté.

A noter que la FAO contribue à la mise en œuvre du Plan stratégique pour la biodiversité 2011-2020, le cadre global de la biodiversité pour l’ensemble du système des Nations Unies. Elle a mis au point un certain nombre d’instruments et d’outils qui contribuent au développement durable tout en répondant aux objectifs et priorités liés à la biodiversité.