Trois africains sur quatre vivent dans des conditions déplorables
Trois africains sur quatre vivent dans des conditions déplorables

Trois africains sur quatre vivent dans des conditions déplorables, note-t-on dans le rapport 2016 sur les Perspectives économiques en Afrique, rendu public ce 23 Mai en marge des Assemblées générales de la Banque africaine de développement (BAD) qui se tiennent à Lusaka, en Zambie.

Certes, le rapport loue la formidable résilience globale du continent en 2015 face à un contexte international particulièrement défavorable, avec une croissance du PIB en volume qui devrait s’établir à 3.6 %, soit mieux que la moyenne mondiale (3.1 %) et la zone euro (1.5 %).

Mais le défis de bâtir une croissance inclusive, profitable à toutes les couches de la population africaine, reste entier : 75% des Africains vivent toujours dans des conditions déplorables, contre un être humain sur cinq à l’échelle mondiale, constate le rapport.

Des chiffres encore plus ahurissants concernant les jeunes : « en Afrique subsaharienne, neuf jeunes en activité sur dix sont pauvres ou quasi-pauvres ».

Les situations varient d’un Etats à un autre, mais ces chiffres montrent bien que le continent doit décupler ses efforts pour changer la donne.

« Reformes structurelles et réglementaires »

Aussi, le rapport exhorte les Etats africains à approfondir les réformes structurelles et règlementaires, favoriser la stabilité macroéconomique et s’atteler aux problèmes d’approvisionnement énergétique afin de lever les obstacles à la transformation économique du continent.

Des orientations qui doivent être conjuguées avec des investissements dans les secteurs sociaux qui auront un impact « sur la vie des jeunes et des femmes ».

En outre, l’urbanisation galopante du continent – « d’ici 2050, les deux tiers des Africains devraient vivre dans des villes » – peut contribuer à faire progresser le développement, à condition d’être «encadrée par des politiques appropriées ».

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser