Le Nigeria envisage recourir au marché de la finance islamique pour combler son déficit budgétaire évalué à  2200 milliards de nairas.

« Le gouvernement fédéral travaille sur l’émission de Sukuk souverains d’ici la fin de l’année dans le cadre de la diversification de ses sources de financement » a confié Alhaji Mahmoud, secrétaire permanent du ministère nigérian des Finances à Reuters ce 18 mai, en marge des assemblées annuelles de la Banque islamique de développement qui se sont tenues à Jakarta, en Indonésie.

Si le montant de l’opération n’a été évoqué, l’on sait par contre que le secteur des infrastructures, notamment énergétiques, devrait être la cible principale de l’émission.

Début mai, lors de la présentation du budget 2016 établi à 6060 milliards de nairas, soit 26,4 milliards d’euros, le président Buhari avait promis de se tourner vers le marché pour « emprunter au meilleur taux possible ».

Ce sont au total 10 milliards de dollars dont 50% sur le marché international, que le pays compte bien emprunter pour solder son budget.

Jean-Mermoz Konandi