La Côte d’Ivoire est parvenue à arracher, ce mardi à Paris, 15,4 milliards de dollars, soit environ 8 700 milliards FCFA, d’engagements financiers de ses partenaires financiers et bailleurs de fonds à l’issue de la première journée de la réunion du Groupe consultatif pour le financement du Plan national de développement 2016-2020.

Le pays partait avec l’objectif de recueillir 4.425,2 milliards FCFA, soit 7,678 milliards de dollars, représentant le gap des 11.284 milliards FCFA d’investissements publics à injecter dans l’économie dans le cadre du PND 2016-2020, d’un montant global de près de 30 000 milliards FCFA.

Le groupe de la Banque mondiale, la Banque africaine de développement, la Banque islamique de développement, la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) ou encore la Banque d’investissement de la CEDEAO (BIDC) figurent au nombre des contributeurs. Tout comme l’Union européenne, la France, les Etats-Unis, l’Allemagne, le Japon, la Corée du Sud, etc., qui se sont engagés à accompagner le pays dans son ambition de devenir une économie émergente à l’horizon 2020.

De bonnes perspectives

Alors que les économies africaines devraient se contenter de 3% de croissance cette année selon le FMI, le Côte d’Ivoire reste l’un des rares ilots de croissance forte sur le continent. Après une moyenne de 9,4% depuis 2012 selon les autorités, le pays projette une hausse de son PIB oscillant entre 9,8% en 2016 et 8% en 2020.

Le tout dans un contexte de faible inflation, moins de 3%, avec un taux d’endettement maîtrisé à 41,3% du PIB, a encore rappelé ce matin le Premier ministre Kablan Duncan dans son discours d’ouverture.

Il s’agit d’un autre succès de la Côte d’Ivoire qui raffermi son statut de locomotive économique de la sous-région ouest africaine. Pour le PND 2012-2015, le pays avait en effet obtenu 4 139 milliards d’engagements, contre 2 017 milliard FCFA attendus, et 3 217 milliards FCFA avaient été effectivement été honorés.

La journée de ce mercredi sera consacrée à une rencontre avec le secteur privé au siège du MEDEF.

 

 

Ce contenu pourrait également vous intéresser