La baisse continue du cours de pétrole pousse le géant américain Halliburton à s’appliquer une cure d’amaigrissement. Plus de 6000 emplois seront ainsi suspendus durant ce premier trimestre.

Le groupe américain qui a eu de beaux jours lorsque l’un de ses mentors, Dick Cheney, était proche collaborateur du président Georges W Bush, cherche à faire face à la déprime du marché pétrolier. Le chiffre d’affaires a baissé de 40% à 4,2 milliards de dollars durant le premier trimestre. 

Sur la période, le groupe a  enregistré également une charge de restructuration de 2,1 milliards de dollars pour des dépréciations d’actifs et des coûts de licenciement.

Pour se relancer, le pétrolier mise son projet de fusion avec  Baker Hughes. Une transaction compliquée en somme. En effet,CLe département américain de la Justice a engagé au début du mois une procédure visant à empêcher l’opération, au motif que la fusion des numéros deux et trois mondiaux des services pétroliers nuirait à la concurrence dans leur secteur.
Halliburton a fait ces annonces après la clôture de Wall Street. Il doit publier ses comptes du premier trimestre le lundi 25 avril.
Il estime que les dépenses de forage et de mise en valeur des gisements chuteront de moitié en Amérique du Nord cette année, après déjà un recul de 40% l’an passé. Il pense également qu’au niveau mondial, les dépenses diminueront de 30% pour la deuxième année d’affilée.

Ce contenu pourrait également vous intéresser