image
Le Directeur, Jean Paul  Nana Sandjo,   sur un siège éjectable.

 

La Compagnie aérienne Cameroon Airlines Corporation (Camair Co) crée en 2011 par l’Etat du Cameroun est endettée auprès de plusieurs banques de 34 milliards de Fcfa.

 

Le compte de l’entreprise a même été saisi en France par un de ses fournisseurs qui lui réclame 600 000 euros. «La saisie de nos comptes n’est pas une nouveauté pour nous à Camair Co. Nous la vivons au quotidien du fait de la dette que nous avons accumulée depuis le lancement de la compagnie en 2011. Nous les inviterons à table pour des discussions », relativise jean Paul Nana Sandjo, son Directeur, au cours d’une conférence de presse donnée ce 20 avril.

Le Directeur de Camair Co en a saisi l’occasion pour annoncer que la compagnie aura bientôt environ 14 avions contre seulement quatre aujourd’hui, mais dont pratiquement aucun ne vole. Le Boeing 767 baptisé le Dja, attaqué par la corrosion est en réparation en Ethiopie. Un autre Boeing, le 737 obtenu en leasing attend une dérogation pour voler. Un des deux MA 60 acquis auprès de la Chine pour les vols intérieurs a été récemment percuté au décollage par un oiseau créant un léger enfoncement de la joue avant de l’aile.
Une situation qui ne décourage pas pour autant le Directeur de Camair Co dont l’entreprise à négocié une mise à disposition de 30 milliards auprès d’un groupement de banques avec l’aval de l’Etat. Cet argent qui sera débloqué dès que Boeing, le nouveau partenaire technique de Camair Co,  remettra son rapport sur le développement de l’entreprise et les 10 nouveaux avions à acquérir conforte la confiance de camair Co à reprendre de l’envol.

Charles N