2.1.1.infrastructures

Le Forum mondial sur les infrastructures, dont l’édition inaugurale s’est ouvert le 16 avril 2016, a rassemblé,  pour la première fois, les dirigeants des banques multilatérales de développement (BMD) – la Banque africaine de développement, la Banque asiatique de développement, la Banque asiatique d’investissement dans les infrastructures, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, la Banque européenne d’investissement, le Groupe de la Banque interaméricaine de développement, la Banque islamique de développement, la Nouvelle Banque de développement et le Groupe de la Banque mondiale –, ainsi que des partenaires au développement et des représentants des G20, G24 et G77.
Objectif : renforcer leurs mécanismes de collaboration multilatérale, dans le but d’améliorer la réalisation d’infrastructures à travers le monde. 
Mandaté par le Programme d’action d’Addis-Abeba sur le financement du développement, qui vise à combler les déficits en matière d’infrastructures – une nécessité pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) –, le Forum a pour but de mieux harmoniser et coordonner les initiatives des partenaires respectifs. Ce, tout en respectant la diversité des approches, des politiques et des procédures, afin de faciliter la mise en œuvre d’infrastructures durables, accessibles et résilientes dans les pays en développement. Le Forum, qui se tiendra tous les ans, sera accueilli de manière tournante par les différentes BMD.

Les infrastructures jouent un rôle capital dans la croissance, la compétitivité, la création d’emplois et l’allègement de la pauvreté. Pourtant, accroître l’accès aux services d’infrastructures de base demeure un sérieux défi dans nombre de pays en développement. Au moins 663 millions de personnes n’ont toujours pas accès à de l’eau potable salubre. D’ici à 2025, 1,8 milliard de personnes vivront dans des zones en pénurie d’eau absolue. 60 % des habitants de la planète n’ont pas accès à l’Internet et 1,2 million de personnes vivent encore sans électricité. Le tiers au moins de la population rurale dans le monde n’est pas desservie par des routes praticables en toutes saisons.
Pour s’attaquer au déficit en infrastructures, il est donc nécessaire, non seulement de décupler les investissements et de recourir davantage au secteur privé, mais aussi de progresser aux plans de la gouvernance, des capacités et de l’efficacité, afin de mieux tirer parti des dépenses allouées aux infrastructures aujourd’hui.

Les BMD peuvent se prévaloir d’une solide collaboration, s’agissant du financement direct de projets, de mobilisation de capitaux privés et de renforcement des capacités et des connaissances en matière d’infrastructures. La Facilité mondiale pour les infrastructures, le Système international de soutien aux infrastructures, le PPP Knowledge Lab, la Conférence des Journées PPP, Infrascope et le Programme de certification PPP en sont quelques exemples.

Ce contenu pourrait également vous intéresser