imageAu terme de la réunion, début avril 2016, du comité des experts de la Conférence interafricaine du marché de l’assurance (CIMA), plusieurs sociétés ont écopé d’un avertissement pour non respect des dispositions du code des Assurances.
Ainsi, un avertissement a été adressé au Président du Conseil d’administration de la société ‘‘Assurances Générales du Cameroun’’ (AGC). Il s’agit du milliardaire Joseph Kadji Defosso, actionnaire majoritaire, remplacé depuis le 17 mars dernier par Jean Baptiste Sanga. Dans le collimateur de la CIMA depuis 2012 pour une série d’infractions, le milliardaire s’efface pour donner une chance de survie à sa compagnie.
Au Congo, la sanction est aussi tombée sur le directeur général de l’ARC, Wilfrid Albert Ossié, blâmé et remplacé de son poste depuis janvier 2016 par Parfait Chrisosthome Makita. L’ancien directeur technico-commercial, nommé par décret du conseil des ministres aura la lourde tâche de redresser la barre d’un navire qui accuse une forte gîte.

 

Les avertissements vont aussi au Président du Conseil d’administration et au Directeur Général de la société ‘‘NSIA Vie Côte d’Ivoire ’’ ainsi qu’ aux sociétés “CAREN’’ et “NIA” du Niger. Cette dernière a même écopé d’un blâme. Le marché nigérien est particulièrement concerné par les sanctions, ce qui n’est pas sans soulever des questions quant à la qualité de la supervision de la direction locale des Assurances.. Dans ce même marché, une suspension de six mois frappe le Président du Conseil d’administration De la Société Nigérienne d’Assurance et de Réassurance (SNAR LEYMA), l’un des leaders de la place, particulièrement exposé sur le risque aviation. Le directeur de l’entreprise, Amadou Boureima, écope d’un avertissement.
De même un avertissement est adressé au Président du Conseil d’administration et au Directeur Général de la SAFAR (Société Africaine d’Assurance et de Réassurance) du Tchad.

La Commission a, en outre, décidé d’engager une procédure de sanction à l’encontre de huit sociétés d’assurances et leurs dirigeants pour non transmission de comptes rendus semestriels d’activités et à l’encontre de trois sociétés ivoiriennes pour la non mise à œuvre de ses injonctions relatives au paiement des frais de contrôle;Elle a infligé des sanctions pécuniaires à trente-sept (37) sociétés d’assurances pour transmission tardive de dossier annuel 2014 au Secrétariat Général de la CIMA ;

Ce contenu pourrait également vous intéresser