imageA méditer pour l’Afrique. Emmanuel Macron veut des barrières tarifaires pour faire face aux importations de l’acier chinois vendu en dessous de son prix de revient selon ses dires. Ce dumping mettrait à mal la sidérurgie européenne déjà en panne.

“Face à ce dumping chinois, quel est aujourd’hui notre devoir ? D’abord agir vite. Chaque semaine perdue, c’est un risque pris sur une entreprise”, a-t-il dit lors d’un point de presse.

Le ministre a rappelé que la Commission européenne avait encore besoin de huit mois pour mettre en place des mesures antidumping sur un produit, dès lors que le préjudice était reconnu, contre cinq mois en moyenne aux Etats-Unis.

“La France aura de gros problèmes si ces procédures durent huit mois puisqu’on a ouvert les dernières au début du mois de février. J’ai besoin de décisions pour l’été en la matière”, a-t-il poursuivi à l’issue d’un débat avec un groupe d’eurodéputés sur la situation de la sidérurgie.

Emmanuel Macron s’est également interrogé sur le refus de certains Etats membres d’imposer des barrières tarifaires suffisamment élevées face aux produits chinois vendus en dessous de leur prix de revient.

“Quand nous avons pris des mesures suite aux procédures ouvertes en mai dernier, on a mis des tarifs d’en moyenne 20%. Les Etats-Unis ont mis des tarifs de 300%. Nous ne sommes pas crédibles”, a-t-il dit.

“Si nous ne voulons pas considérer que nous agissons à vingt-huit et que nous regardons chacun nos agendas particuliers, nous commettons une erreur à court terme, c’est de la naïveté un peu cynique, et une vraie faute politique et morale à long terme”, a ajouté Emmanuel Macron.

Les surcapacités chinoises dans l’acier sont estimées à 350 millions de tonnes annuelles alors que la production européenne est de 170 millions de tonnes.

 

Source: Reuters

Ce contenu pourrait également vous intéresser