Angola president
Au pouvoir depuis 1979, le président Eduardo Dos Santos annonce son départ en 2018.

Le FMI va apporter son assistance à l’économie angolaise, répondant à la demande de Luanda.

Durement frappé par la baisse des cours de l’or noir, l’Angola subi de plein fouet sa forte dépendance au pétrole qui représente 67% des recettes publiques et 97% des exportations, avait souligné Moody’s dans un rapport début mars.

Le FMI, dans un communiqué, évoque un plan d’aide qui devrait être adossé à des mesures d’économie sur une durée de trois ans.

Dans une note publiée ce mercredi, le ministère angolais des Finances indique qu’il s’agit d’élaborer et mettre en œuvre des politiques de réformes destinées à améliorer la stabilité macroéconomique et financière, à travers une discipline budgétaire, avec en ligne de mire la diversification de l’économie.

Les négociations formelles entre les deux parties devraient être engagées dans les prochaines semaines à Washington, apprend-t-on.

Deuxième producteur africain de pétrole après le Nigéria, l’Angola a vu sa note « Ba2 » mise sous surveillance par Moody’s en mars, avec un réel risque de révision à la baisse.