Screenshot_2016-03-15-12-22-05-1
Coupure de ruban entre le ministre togolais du Budget, Sani Yaya, et le directeur général de la BRVM, Edoh Kossi Amenounve.

La première journée BRVM – édition 2016 – s’est ouverte ce matin à Lomé, en présence de représentants d’institutions sous régionales, d’autorités locales et de la BRVM.
Dans son allocution de bienvenue, M. Edoh Kossi Amenounve, le directeur général de la BRVM, a mis en exergue la contribution des marchés de capitaux et leur role dans le financemet de la croissance de l’Afrique.

En effet, « les liens entre les marchés de capitaux et la croissance économique ne sont plus à demontrer. Les marchés permettent par le biais des obligations, le financement des infrastructures de developpement », précise t- il. « A travers les marchés des actions, les bourses permettent aux entreprises de mobiliser des ressources, dans le but de financer leur croissance et créer des emplois».

Et de rappeler qu’en Afrique, les bourses sont des créations tres récentes, hormis celles de l’Egypte, de l’Afrique du sud et du Maroc.

«Cependant, au 31 decembre 2015, notre continent qui compte 24 bourses, a permis de mobiliser plus de 2 milliards de dollars à travers 28 offres publics, soit une progression de 17% par rapport à 2014 (…). Elles ont enregistré une progression de 40% de leurs volumes de transaction, malgré les contre performances de leurs indices liées à la remontée du dollar americain, à la chute du prix du baril du pétrole et au ralentissement de l’économie chinoise».

Toutefois, elles doivent relever de nombreux defis, dont la petitesse de leur taille, le nombre relativement faible de sociétés cotées sur les bourses du continent, et la liquidité relativement faible sur les marchés africains.

Par ailleurs, M, Amenounve a émis le voeux d’une integration des bourses d’Afrique de l’Ouest.

Pour rappel, la journée BRVM s’inscrit dans le cadre de la vulgarisation de la culture boursière dans les pays de l’Union economique et monetaire ouest africaine.

Par Nephthali Messanh Ledy