pix_1457964325e140525_1-1

Réuni en conseil des ministres extraordinaire ce lundi, le gouvernement a dévoilé sa réponse sécuritaire face à une menace qui est prise très au sérieux et qui est parvenu à déjouer les plans des services de sécurité.

Le niveau d’alerte sécuritaire est élevé à son seuil maximale, a annoncé le gouvernement ivoirien ce lundi à l’issue d’un conseil des ministres extraordinaire.

Le Plan d’action contre-terroriste PACT, activé depuis hier, a été maintenu au niveau rouge, son seuil le plus élevé, signe que le pays ne veut prendre aucun risque. En outre le dispositif sécuritaire des sites jugés stratégiques sera renforcé, a indiqué le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Hamed Bakayoko, qui a fait office de porte-parole du gouvernement pour l’occasion.

La mesure va s’étendre aux écoles, aux ambassades, aux sièges des organisations internationales, et aux résidences des chefs des missions diplomatiques.

Le gouvernement indique également avoir renforcé la sécurité aux frontières.

Pour l’heure, selon des indiscrétions, des services de renseignements occidentaux sont à pieds d’œuvre pour épaule leurs homologues ivoiriens. Des sources annoncent également l’arrivée dans les prochaines heures d’agents de services marocains, notamment des éléments du Bureau Central des Investigations Judiciaires (BCJI).

Enquêtes en cours

Au cours d’une interview à télévision ivoirienne, le ministre Hamed Bakayoko a annoncé que des éléments saisis sur les terroristes « vont (nous) permettre d’aller plus loin dans l’investigation », évoquant notamment un téléphone portable au cours d’analyse par la police scientifique ivoirienne.