image
De gauche à droite, Adama Ndiaye, président de la FANAF, Koné Mamadou et Ernest Assamoi, membres du bureau exécutif de la FANAF, Adama Koné, ministre ivoirien en charge de l’Economie et des Finances, Eddie Brown, PDG de Belife Insurance et Roger Boa Johsnson, président du comité d’organisation.

Au lendemain des 40èmes assemblées des Fédération africaines d’assurance (FANAF), tenues du 15 au 18 fevrier 2016, l’heure est au bilan. Tous les objectifs assignés ont été atteints selon Roger Eugène Boa Jonhson,    Président en exercice de l’ASACI (Association des Sociétés d’Assurances de Côte d’Ivoire) et Président du comité d’organisation de la 40ème Assemblée Générale de la FANAF. Celui qui est par ailleurs Directeur Général des deux sociétés d’assurances du groupe AXA en Côte d’Ivoire répond aux questions de Financial Afrik.

 


Quel bilan global peut-on faire des assemblées générales de la FANAF à Abidjan?


Sur le plan de la mobilisation, nous avons battu tous les records. Le courrier de félicitations reçu du Président de la FANAF, Adama Ndiaye,  mentionne exactement 1050 délégués en provenance de 51 pays. C’est une première dans l’organisation des assemblées en terme de participation et nous en sommes fiers.
Sur le plan de l’organisation nous avons mis à la disposition de la FANAF et des délégués, toutes les commodités pour les rencontres, tant en plénière, qu’en atelier, ainsi que pour les rencontres  B to B. Les sociétés et les groupes qui le souhaitaient ont pu disposer de salle pour recevoir leurs clients et leurs partenaires dans d’excellentes conditions. Les déjeuners et diner offerts par les sponsors étaient de qualité et nos hôtes ont pu déguster les saveurs culinaires du pays. Toutes les dispositions ont été prises en relation avec les autorités pour rendre leur séjour sûr et agréable. Nous avons insisté sur l’aspect sécurité à la demande de certains participants.
Sur le plan des travaux, notamment les panels, les communications et les ateliers étaient de très haut niveau eu égard à la qualité des intervenants. Le seul bémol, c’est le temps consacré au débat, jugé trop court par les délégués. Des résolutions fortes ont été adoptées.
Enfin sur le plan financier, le budget a été correctement exécuté et toutes les charges ont été entièrement prises en compte par le comité d’organisation et la FANAF.

 


Dans le fond, un certain nombre de thématiques ont été évoqués sur la fiscalité de certaines branches, les placements (catalogue CIMA) et l’agrément unique. Quelles sont les évolutions à attendre sur ces points -là ?


 

Le thème de cette Assemblée générale était : “l’assurance Africaine au cœur de l’émergence économique”. L’assemblée a passée en revue les obstacles à lever pour permettre aux assureurs Africains de la zone CIMA de jouer véritablement leur rôle d’investisseur institutionnel, afin de collecter plus de ressources pour les mettre à la disposition de nos économies. Il faut rappeler que la contribution de l’assurance dans les économies de la zone CIMA demeure encore faible (-1%) comparée à certaines régions de l’Afrique. Les réformes effectuées dans ces pays ont été analysés durant la rencontre.

Parmi ces obstacles, il y a la réforme nécessaire de la fiscalité sur certaines branches, tant en assurances non vie  qu’en assurance vie,  qui doivent permettre de booster la collecte de l’épargne. Ces préoccupations sont du ressort de chaque État.
Sur le catalogue et les zones de placement, il faut rappeler que pour être admis en couverture des engagements, les placements doivent se faire conformément au catalogue défini par le code des assurances et dans la même zone. Il existe à ce jour de nouveaux supports de placements qui ont été présentés par les sociétés d’asset management et le directeur de la BRVM (Bourse Régionale des Valeurs Mobilières d’Abidjan). Leur prise en compte nécessite l’évolution du catalogue des placements et de la législation communautaire. La BRVM ainsi que la FANAF vont travailler avec les autorités de régulation pour faire avancer ce dossier.
En ce qui concerne l’agrément unique, les discussions sont en cours pour relever le niveau des fonds propres des compagnies d’assurances. Cette réforme s’impose si nous voulons avoir des compagnies solides et capables de rivaliser avec leurs homologues des autres régions du continent. Tous les pays qui ont réussi la redynamisation de leur secteur d’assurance et augmenté significativement sa contribution à l’économie sont passés par cette étape nécessaire. Dans la foulée de cette réforme, il est envisagé la mise en place d’un agrément unique pour une compagnie qui souhaiterait exercer dans les tous États membres avec un capital minimum conséquent. Nous attendons également la suite des échanges entre la FANAF et le régulateur communautaire.


L’ASACI a tenu son pari de faire des 40emes AG de la FANAF, une manifestation record. Quelle est désormais la priorité de l’association ?


 

Notre priorité à présent, c’est de faire en sorte que les résolutions de l’assemblée générale soient traduites en actions concrètes sur le terrain pour ce qui nous concerne. Cela va se faire à deux niveaux. D’abord entre la FANAF et le législateur communautaire qui est le Conseil des Ministres de la CIMA (Conférence interafricains des marchés de l’Assurance) et ensuite entre l’ASACI et les autorités Ivoiriennes. Nous avons présenté à l’ouverture de l’assemblée générale un certain nombre de préoccupations pour permettre au marché des assurances de progresser rapidement et de jouer véritablement son rôle d’investisseur institutionnel. Le Premier Ministre nous a donné l’assurance que tous les points évoqués seront traités rapidement et avec bienveillance.
Nous allons ensuite poursuivre la mise en œuvre de notre programme d’activités qui découle des missions et objectifs de l’ASACI.
Nous avons enfin été invité par le marché Marocain des assurances au rendez vous de l’assurance à Casablanca en avril 2016. La Côte d’Ivoire sera cette année le pays à l’honneur et une convention de coopération sera signée entre nos deux marchés.


Monsieur le Président du comité d’organisation, quels  sont les sentiments qui vous animent après cette Assemblée Générale que le Président de la FANAF, les délégués et observateurs qualifient de parfaite réussite.


Ce n’était pas évident quand on a vu la qualité de l’organisation à la 39ème édition à Madagascar. Il nous fallait proposer un concept différent et novateur. Nous nous sommes fortement inspirés de l’organisation de l’AMRAE (Association des professionnels du management des risques et assurance entreprises) en France. Nous avons eu l’honneur de compter parmi les Délégués, monsieur Gilbert CANAVERAS, Président sortant de cette association. Il nous fallait trouver des ressources additionnelles pour ne pas alourdir la charge financière de nos membres. Les sponsors nous ont fait confiance pour nous accompagner massivement sur l’événement. Nous avons reçu les félicitations de la FANAF, des délégués et des observateurs. C’est une fierté pour notre pays, la Côte d’Ivoire, qui a une fois de plus affirmé son hospitalité légendaire et sa vocation à accueillir les grands évènements Africains.
C’est également une fierté pour le marché ivoirien qui a démontré sa capacité à organiser cette Assemblée Générale qui coïncidait avec le 40ème anniversaire de la fédération qui a été créé dans notre pays.
J’adresse les sincères remerciements du comité d’organisation et du marché des assurances aux plus hautes autorités du pays avec à la tête le Président de la République qui ont pris toutes les dispositions pour que cette manifestation soit une parfaite réussite. Le Président de la République était représenté à la cérémonie d’ouverture par le Premier Ministre qui a fait une présentation magistrale de la situation économique du pays. Mes remerciements vont enfin au ministère chargé de l’économie et des finances qui a été à nos côtés du début à la fin de la manifestation. Aux sponsors et au comité d’organisation, je voudrais renouveler notre infinie gratitude. Je n’oublierais pas la presse, tant nationale qu’internationale,  qui a donné de la visibilité à cette Assemblée Générale qui, pour la première fois, était retransmise en direct sur le net.


 

Encadré

 

 

RESOLUTIONS ADOPTEES LORS
DE LA QUARANTIEME ASSEMBLEE GENERALE ANNUELLE FANAF A ABIDJAN, Du 15 AU 18 FEVRIER 2016

——————-

La Fédération des Sociétés d’Assurances de Droit National Africaines (FANAF) s’est réunie en Assemblée Générale du 15 au 18 Février 2016 à Abidjan au Sofitel Hôtel Ivoire sur le thème : «L’Assurance Africaine au cœur de l’Emergence Economique ».
Les Délégués, qui se sont réjouis de l’atmosphère chaleureuse qui a prévalu tout au long de leurs travaux, ont adopté les Résolutions ci-dessous :
Résolution N° 1 : Sur le rapport d’activités
L’Assemblée Générale approuve le Rapport d’Activités pour l’exercice 2015 et félicite le Bureau Exécutif pour le travail accompli.
Résolution N° 2 : Sur les comptes de l’année 2015
L’Assemblée Générale, après avoir entendu le Rapport du Bureau Exécutif et du Commissaire aux Comptes sur les états financiers de l’exercice clos au 31 Décembre 2015, adopte lesdits Comptes et lui en donne quitus.
Résolution N° 3 : Sur le budget 2016
L’Assemblée Générale arrête le Budget de l’exercice 2016 en recettes et dépenses à la somme de sept cent soixante un millions quatre cent cinquante mille francs CFA (761 450 000 F.CFA) et maintient le montant de la cotisation de chaque Société Membre à Deux millions cinq cent mille francs CFA (2 500 000 F.CFA) payable avant le 31 Mai 2016.

L’Assemblée Générale exhorte les Sociétés Membres à adresser au Secrétariat Général Permanent, une copie de l’ordre de virement de leurs cotisations pour lui permettre d’identifier les donneurs d’ordre des cotisations reçues par virement bancaire.
Résolution N° 4 : Sur les subventions
L’Assemblée Générale décide d’allouer pour l’année 2016, une subvention d’un montant de 20 000 000 F.CFA (vingt millions francs CFA) à l’Institut International des Assurances de Yaoundé (IIA).
Résolution N° 5 : Adhésion des sociétés
L’Assemblée Générale accepte les demandes d’adhésion formulées par les Sociétés suivantes :
1. CIF VIE DU BENIN ;
2. SUNU ASSURANCES VIE BURKINA FASO ;
3. SAAR VIE CÔTE D’IVOIRE ;
4. ASSURANCES DU GABON (AG)
5. AFRICAINE DES ASSURANCES (GUINEE EQUATORIALE)
6. SAAR SENEGAL
Lesdites Sociétés deviendront membres à part entière dès l’acquittement des droits d’adhésion dont le montant est fixé à cinq cent mille francs CFA (500 000 F.CFA) ainsi que de la cotisation annuelle dont le montant est fixé à deux millions cinq cent mille francs CFA (2 500 000 FCFA).
Résolution N° 6 : A la recherche de l’assuré émergent
L’Assemblée Générale, après avoir défini le concept de l’assuré émergent comme étant la nouvelle classe sociale dont le niveau de vie est nettement amélioré par rapport à la population démunie, recommande aux assureurs de mener :
1. Un travail préliminaire en vue de la promotion d’une assurance innovante ;
2. Les actions en matière de célérité et d’innovation dans le règlement des sinistres, notamment par la mise en œuvre du constat amiable et du constat électronique et le déploiement d’outils permettant de mesurer la qualité du service rendu ;
3. La communication à l’endroit des populations en utilisant les nouveaux canaux de communication tels que facebook, tweetter ;
4. L’identification de façon précise des risques encourus et la présentation des produits adaptés et accessibles ;
5. Les démarches en direction des pouvoirs publics pour aboutir à une réglementation et une fiscalité plus incitative et l’élargissement du champ des assurances obligatoires.
Résolution N° 7 : La couverture des grands risques
L’Assemblée Générale, après avoir débattu de la problématique relative à la couverture des grands risques en Afrique Francophone, recommande :
1. Sur le manque de technicité des acteurs locaux :
– l’élaboration et la mise en place d’un plan de formation des ressources humaines sur la cotation et le règlement des sinistres d’une part et des experts en évaluation des risques d’autre part
– L’introduction par l’IIA dans son plan de recrutement et de formation des étudiants, des profils d’ingénieurs.

2. Sur la faiblesse de la surface financière et de la modicité des capacités offertes par les marchés
– Le relèvement du capital social des Compagnies avec un seuil suffisant de fonds propres.
– La mise en place au niveau des Directions Nationales d’Assurances de mécanismes de contrôle, de l’effectivité de l’absorption de la capacité interne du marché avant d’autoriser l’internationalisation du risque.
– La mise en place au niveau des Associations professionnelles de pools de grands risques aussi bien pour la tarification que pour le règlement des sinistres.

3. Sur le règlement des sinistres

L’Assemblée Générale, pour permettre au marché d’instaurer la confiance indispensable au placement des grands risques auprès des Compagnies d’Assurances locales, recommande :
– La mise en place de convention d’indemnisation rapide des assurés
– La mise en place au sein des Associations professionnelles des commissions permanentes des recours inter compagnies.

Date et lieu de la 41ème Assemblée Générale Annuelle de la FANAF
A l’invitation de la Fédération Marocaine des Sociétés d’Assurances & de Réassurance, la 41ème Assemblée Générale de la FANAF se tiendra en Février 2017 à Marrakech, au Royaume du Maroc.

Le Président, Adama NDIAYE

Le rapporteur , DICOH BALAMINE


MOTION SPECIALE DE REMERCIEMENT
**********

L’Assemblée Générale de la FANAF qui s’est tenue en session ordinaire et extraordinaire du 15 au 18 Février 2016 au Sofitel Hôtel Ivoire d’Abidjan, adopte :
La lecture d’une motion spéciale à l’adresse du Président de la République :
– Réitère ses remerciements chaleureux au peuple ivoirien
– Exprime sa profonde gratitude aux assureurs et intermédiaires ivoirien ainsi qu’à l’ensemble des agents de communication pour leur contribution au bon déroulement et à la réussite des présentes assises.

Fait à Abidjan, le 18 Février 2016


 

Ce contenu pourrait également vous intéresser