images-17

L’Assemblée nationale togolaise a autorisé cette semaine, le gouvernement à ratifier le protocole de l’Union Africaine sur la Banque africaine d’investissement, adopté depuis 2009.

L’exécutif avait déjà adopté en mars 2011, en conseil des ministres, la loi autorisant la ratification dudit protocole et ses statuts, eux-mêmes adoptés à Addis-Abeba deux ans plus tôt.

« Le capital social initial autorisé de la Banque est de vingt cinq milliards de dollars US », selon ses statuts, avec cinq principaux bailleurs de fonds que sont la Libye, le Nigeria, l’Egypte, l’Algérie et l’Afrique du Sud.

L’objectif de la Banque est de favoriser « l’intégration économique et le développement à travers l’investissement dans les projets de développement conformément aux objectifs de l’Union ».

Elle a pour fonctions de fournir le financement aux Etats conformément aux principes bancaires, financer les projets publics et privés visant à faire avancer l’intégration économique régionale des Etats parties, soutenir le renforcement des activités du secteur privé et aider à la modernisation du secteur rural dans les Etats parties à faible revenu.

Somme toute, des fonctions qu’assume en partie, la Banque africaine de développement.

A signaler qu’outre la Banque africaine d’investissement, la Banque centrale africaine et le Fonds monétaire africain sont des institutions financières panafricaines dont la création a été prévue par l’article 19 de l’Acte constitutif de l’Union africaine.

 

Par Nephthali Messanh Ledy