imageAprès Abidjan du 15 au 18 février 2016, ce sera donc au tour de Marrakech d’accueillir les prochaines Assemblées générales de la La Fédération des Sociétés d’Assurances de Droit National Africaines (FANAF).


 

Les 41e assemblées prévues en 2017 à Marrakech sont d’ores et déjà historiques puisque ce sera une première pour l’Afrique du Nord. La Fédération Marocaine des Sociétés d’Assurances et de Réassurance (FMSAR) est un acteur important en zone CIMA à travers la présence forte de trois de ses membres (Saham, RMA Wataniya et Wafa Assurance).


 

Ces quarantièmes AG de la FANAF ont vu le passage de témoin au secrétariat général de l’institution basée à Dakar. Ainsi, Papa Ndiaga Boye quitte ses fonctions de SG de la FANAF après trois décennies de bons et loyaux services. La fédération a rendu un vibrant hommage à celui qui a donné vie à une fonction harassante qui combine tract, diplomatie et gestion des rapports humains. Une chose est sûre,
le nouveau titulaire du poste, Fransady Kondé, aura la lourde tâche de faire autant que son prédécesseur, admis à faire valoir ses droits à la retraite.


 

-Offensive des fonds de ‘Asset management. La tendance à l’externalisation de la gestion de leurs actifs font des compagnies d’assurance une cible idéale pour les fonds d’assez management. Ainsi BOA Capital (plus de 65 milliards d’actifs sous gestion) a exposé son savoir-faire en la matière lors de la journée de la Finance tenue le 17 février dans le cadre des AG de la FANAF.


 

Ecobank Asset management a aussi présenté son modèle aux assureurs. Avec 100 milliards de FCFA d’actifs sous gestion au niveau de l’UEMOA et 7 fonds communs de placement agréés, la filiale d’Ecobank dispose d’une expertise confortée par  sa présence simultanée sur les trois marchés de la CEDEAO. Ecobank Asset management gère 300 milliards sur les trois marchés majeurs de la CEDEAO (Nigeria et Ghana en plus de l’UEMOA).


 

Le groupe NSIA a, par la personne de Jeanine Diagou, rappelé le rôle de l’assureur, «un homme de l’art qui collecte de l’épargne et crée de la richesse». De nouvelles réformes du catalogue CIMA accentueront la présence des acteurs dans les OPCVM et autres instruments de placement.


 

 

Les produits en unité de compte ont fait l’objet de nombreux échanges durant ces FANAF. A l’instar de l’expert en assurance et ancien ministre sénégalais Abou Lô, les analystes estiment que de tels produits offrent aux compagnies Vie à la fois les avantages de la sécurité que procure un placement obligataire et ceux du rendement d’un placement actions.


 

Ecobank Asset management présente des produits en unité de compte adossés aux supports FCP. La prime est scindée en deux, une partie étant placée en fonds garantie CFA et l’autre dans le fonds action et mixte. C’est un produit multisports donnant au client la possibilité d’arbitrage en cours de contrat .


Le Président de l’Association des sociétés d’Assurance de Côte d’Ivoire (ASACI) a souhaité la réforme de la fiscalité de certaines branches comme l’assurance incendie. De même, Roger Boa Johnson a souhaité la prise en compte des sociétés d’assurance vie dans la réforme de la retraite. La Côte d’Ivoire, a-t-il rappelé, est le premier marché de la zone CIMA avec 251 milliards de primes et 592 milliards FCFA de placement. Problème, l’activité qui compte 18 compagnies d’assurance, 192 courtiers et 2000 emplois, n’excède pas un taux de pénétration de 1,7%.


 

Victor Ndiaye de Performance Consulting fait cette éloquente comparaison: les compagnies nord-américaines collectent 45% de l’épargne de leur zone contre seulement 7% pour l’Afrique. Les primes collectées sur le continent pèsent pour moins de 1% du PIB de l’Afrique (hors Afrique du Sud). Notons que 2/3 de la collecte se font dans l’assurance dommage et santé. Quand on sait qu’une part importante de l’activité est transférée  aux majors internationaux via la réassurance…


 

-L’agrément unique était l’un des thème les plus débattus durant les AG de la FANAF. Jean Kacou Diagou, PDG de NSIA et Pathé Dione, PDG de Sunu Assurance, ont prèsenté tour à tour les avantages d’une telle formule qui se heurte encore aux tenants (il s’agit des petits pays comme le Bénin, le Togo et le Tchad) de la procédure unifiée. Nous y reviendrons.


 

-Le relèvement du capital minimum fait partie des résolutions finales adoptées lors de ces assemblées générales  où le bureau conduit par Adama Ndiaye, President de la FANAF, a reçu tous les quitus et mandats pour poursuivre sa mission. Sur le relèvement du capital minimum, aucun chiffre n’est encore fixé.


Le nouveau SG de la CIMA,  Issofa Ncharé, n’a pas tremblé lorsqu’un  grand assureur a déclaré du haut de son panel que les inspecteurs contrôleurs doivent adopter une attitude plus constructive que destructice. Approché par Financial Afrik, le haut cadre camerounais n’a pas souhaité faire de commentaires, rappelant seulement que le rôle d’une compagnie d’assurance est d’abord de régler des sinistres.

 

Share Button