DSC_0730

Newcrest Hiré Côte d’Ivoire, filiale du minier australien Newcrest, a débloqué une enveloppe de 143,4 millions FCFA, soit près de 244 mille dollars, pour financer des projets de développement au profit des populations riveraines à sa mine aurifère de Hiré, localité située dans le sud-ouest du pays.

La donation est faite au profit du comité de développement local minier (CDLM) de Hiré, installé officiellement le 25 janvier par Jean Claude Brou, le ministre ivoirien de l’Industrie et des Mines.

Il s’agit d’un organe prévu par le nouveau code minier ivoirien adopté en 2014, et qui permet aux populations de bénéficier directement des retombées de exploitations minières. Le texte stipule en effet, que les compagnies minières doivent contribuer à hauteur de 0,5% de leurs chiffres d’affaires annuels à des projets de développement au profit des communautés impactées par leurs activités.

Le CDLM regroupe, en plus des autorités politiques et administratives, les représentants de chacune des communautés concernées. A Hiré, ce sont ainsi 16 villages, identifiés comme affectés suite à une étude d’impact environnementale, qui font partie de l’instance avec comme représentants pour chaque entité le chef du village et les leaders des femmes et des jeunes.

Ce regroupement va ainsi identifier, planifier et financer des projets sociaux à partir des besoins exprimés localement. « C’est un important outil de développement de proximité », a décrit le ministre Jean Claude Brou.

Pour Newcrest, le CDLM de Hiré vient formaliser les appuis financiers qu’elle a apporté aux populations au cours des huit années d’exploration, pour plus d’un milliard FCFA (1,7 million de dollars).

 

Poursuite de l’exploration

Avec des réserves prouvées de 260 000 Oz, soit environ 7,4 tonnes d’or, l’exploitation de la mine d’or d’Hiré ne devrait durer que trois ans, selon les projections de Newcrest. Aussi la compagnie a-t-elle entrepris de poursuivre ses explorations. « Nous espérons mettre en évidence des gisements complémentaires sur le même permis octroyé par le gouvernement en vue d’augmenter les réserves et accroître les revenus de l’Etat et des communautés », a signifié Lawrence Manjengwa, directeur général de Newcrest Hiré Côte d’Ivoire.

Pour sa première année d’exploitation (2015), la firme a extrait 42 035,72 Oz, soit 1,2 tonnes d’or, pour un chiffre d’affaires 47,78 millions de dollars, soit environ 28,7 milliards FCFA.

Pour les trois années à venir, ce sont, sur la base des cours actuels, 396 000 dollars par an, soit 232,3 millions FCFA, que la compagnie estime pouvoir débourser au profit du CDLM

Newcrest Hiré CI détient 89,8% de la mine, contre 10% pour l’Etat ivoirien et 0,2% pour un actionnaire minoritaire.

Ce contenu pourrait également vous intéresser