Après avoir engagé en octobre 2014 les premiers travaux de modernisation du terminal vraquier du port de Dakar, le groupe de logistique Necotrans et sa filiale sénégalaise TVS (Terminaux Vraquiers du Sénégal) appliquent de nouveaux tarifs de manutention depuis le 1er janvier 2016.

image

 

Ces tarifs (3 645 francs CFA/tonne) sont le résultat de concertations menées en 2015 avec l’ensemble de la communauté portuaire au sein d’un comité de réflexion placé sous l’égide des autorités sénégalaises. Ces tarifs rétablissent par ailleurs et respectent scrupuleusement le barème tarifaire « Sempos », homologué par le ministère du Commerce en 2002, mais qui depuis n’avait jamais été appliqué. Il convient également de préciser que ces tarifs ne portent que sur la manutention à quai. Contrairement à certaines allégations mensongères, ces nouveaux tarifs ne sont donc en rien une décision unilatérale du groupe Necotrans et de sa filiale sénégalaise TVS qui se félicitent au contraire de l’accord avec les entreprises Prochimat, Istamco, Transsene, Somicoa, Baobab Mining, West Wind, Jah Oil Company, Sénégal Mines, Afrig, SERPM, et le groupe Dangote.

Les bateaux affrétés par ces acteurs économiques sont manutentionnés sans difficultés. Cela a été notamment le cas du navire Triton Valk du groupe Dangote dont le déchargement a été achevé ce lundi 25 janvier. Le groupe Necotrans garantit une égalité de traitement à l’ensemble de ses clients conformément aux dispositions de la loi 94-63 du 22 août 1994 sur la concurrence, le prix et le contentieux économique. Il convient de souligner par ailleurs que la plupart des entreprises de manutention qui opéraient avant le début de la concession pratiquaient des tarifs supérieurs, allant de 4 000 à 5 000 francs CFA la tonne.

Dans le cadre de cette convention de concession signée en novembre 2013 à Dakar, le groupe Necotrans/TVS a engagé 74 millions d’euros d’investissements (48,5 milliards de F CFA) pour moderniser le mole 8 du port et le rendre ainsi plus compétitif au bénéfice des armateurs, des entreprises et donc de l’économie sénégalaise. Outre la mise à disposition de véhicules et de camions adaptés, deux nouvelles grues et plusieurs trémies sont à présent opérationnelles. Un nouveau quai de 500 mètres va être construit pour recevoir des navires de fort tonnage (70 000 tonnes) et permettre de tripler les volumes traités. Les capacités de manutention (minerais, phosphate, ciment, clinker, attapulgite, charbon…) sont déjà passées du simple au triple atteignant aujourd’hui plus de 20 000 tonnes par jour.

Cet effort de productivité permet de charger ou décharger un navire en 24 heures contre un temps d’attente en rade de 6 à 8 jours auparavant, soit plusieurs dizaines de milliers d’euros d’économies en coût d’affrètement. Cette augmentation des cadences constitue donc un gain substantiel et conséquent pour l’ensemble des clients de Necotrans/TVS qui développe sur l’ensemble du continent un savoir-faire reconnu dans la logistique au service des miniers, pétroliers et cimentiers.


 

 

À propos de Necotrans

 

Le groupe Necotrans est un acteur clé de la logistique internationale. Avec plus de 5 500 collaborateurs en Afrique (sur un total de 6 000 collaborateurs dans le monde) et 126 implantations dans plus de 40 pays, dont 31 sur le continent, le groupe Necotrans réalise plus de 95 % de son chiffre d’affaires en Afrique (1 063 millions d’euros en 2014, en croissance de 34 % depuis 2009). En 2014, Necotrans a connu un fort développement avec de nouveaux investissements engagés notamment sur le terminal vraquier de Dakar (Sénégal) et le port fluvial de Brazzaville (République du Congo). En septembre 2015, Necotrans a remporté l’appel d’offres du terminal polyvalent du port de Kribi, au Cameroun. En novembre, le groupe a acquis la société MCK spécialisée dans la logistique et le génie civil miniers en République démocratique du Congo. Necotrans apporte des solutions logistiques adaptées aux besoins du continent avec un réseau polyvalent et des métiers complémentaires (activités portuaires et logistiques, commission de transport, logistique pétrolière et minière, distribution de véhicules).

Source: Necotrans, Agence 35°