Par Francis Konan*|

 

La crise pétrolière de 1973 est citée comme la principale cause de la récession économique qui a suivi l’année suivante. Pour protester contre le soutien américain à Israël dans la guerre du Yom-Kippur, les pays producteurs de pétrole vont maintenir un embargo de la production de brut. Conséquence, le prix du baril passa de $3 a $12 dollars plongeant ainsi la grande partie des pays dépendants du pétrole dans une récession sans précédent.
Le scénario de 1970


Dans le milieu académique, la crise du pétrole de 1973 est un exemple classique pour expliquer un choc de l’offre globale. Référons-nous a au tableau ci-dessous:

 

image

 

Selon le schéma ci-dessus, un embargo sur le prix crée un déficit de l’offre par rapport à la demande. Les entreprises faisant face à une hausse des coûts de production vont donc réduire la production. Sur notre schéma, la baisse de la production est caractérisée par un déplacement de l’offre globale AS vers la gauche. La baisse de la production par rapport à la demande propulse les prix à la hausse. Le nouvel équilibre est caractérisé par P ’et Y’. Vous avez-là,  en termes très simples, le résumé de la récession de 1974.


Le scénario de 2000

En début de l’année 2000, le prix du baril va augmenter abruptement mais pas au niveau de celui de 1970. La raison principale de cette augmentation réside dans la hausse de la demande du pétrole provenant de la Chine et des pays émergents. Si nous reprenons le schéma ci-dessous, une hausse de la demande est caractérisée par un déplacement de la demande vers la droite. La hausse des prix du pétrole de 2000 est due à un regain de la demande quand celui de 1970 a sa cause dans la faiblesse de l’offre par rapport à la demande.

 


 

Le scénario de Janvier 2016
Depuis le début de l’année 2016, le prix du baril n’a fait que baisser. Il a atteint la barre de $29.9 il y a tout juste une semaine. Du jamais vu depuis 2002. Certains analystes prévoient la chute continuelle jusqu’à ce qu’une hausse de la demande de la Chine et des pays émergents puisse pousser les prix vers le nord. Comment en sommes-nous arrivés à cette situation? Demander mon avis et je vous dirai deux choses : la situation des prix du pétrole provient d’une part du principe fondamental de l’économie de l’offre et de la demande et d’autre part d’un simple fait de spéculation.


 

Principe de la loi de l’offre et de la demande

Prenons un marché, offre, demande et prix d’équilibre! Quel serait l’effet sur les prix si par exemple l’offre augmente très fortement quand la demande est stagnante ou à la baisse? Une situation de surproduction du pétrole associée à une baisse de la demande crée incontestablement une baisse des prix. Comme en 2000 ou la hausse des prix provenait de la hausse de la demande en Chine et des pays émergents, en 2016 on pourrait citer le même argument.
Baisse de la demande

Prenons d’abord la Chine.  Tout a commencé par la baisse de l’indice de la production industrielle. Cette baisse affecte indirectement  la demande de pétrole,  une des premières ressources industrielles de ce pays. Le changement structurel de l’économie chinoise vers une économie de consommation de biens et services au détriment d’une économie d’exportation serait une explication de la baisse des prix du pétrole.
Du côté des pays émergents, à part l’Inde qui connait une croissance stable, les autres membres des BRICS se cherchent. La Russie est en récession quand le Brésil combat  les vieux démons de l’inflation et un déficit budgétaire inquiétant. L’Afrique du Sud continue de lutter contre le freinage de son économie qui a du mal à atteindre une certaine vitesse de croisière.
Hausse incontrôlée de la production
A mon avis c’est le territoire du no man’s land. Le temps est révolu oú le cartel de l’OPEP avait le pouvoir de contrôler l’offre du pétrole. Beaucoup dEtats individuels sont engagés dans la production tout azimut. Les États-Unis  qui depuis longtemps était un importateur net est  maintenant engagé dans la production de pétrole la plus importante de son histoire. La surproduction du pétrole est aussi en effet le résultat de coûts  de production qui sont en baisse grâce aux avancées  de la technologie de forage. Il y 20 ans, il fallait 10 ans pour extraire le pétrole après découverte. Aujourd’hui il en  faut seulement 5 ans.

L’effet psychologique de la spéculation
Les spéculateurs ont aussi un rôle à jouer dans la baisse des prix. En fonction de plusieurs changements éco-géo-politiques, ils prévoient une baisse continuelle des prix. Comme argument, ils énoncent la levée de l’embargo sur l’Iran, nouveau venu dans le territoire surpeuplé des producteurs de pétrole. Le  sentiment général de peur est le plus grand ennemi de l’économie du pétrole. Dans le moyen terme,  le prix du pétrole pourrait revenir à son niveau d’équilibre.

Courrons-nous vers une nouvelle récession? Je ne crois pas parce que la dernière fois que le pétrole a été la cause d’une récession remonte à 1970. De nos jours,  à cause de la structure du marché du pétrole, il serait pratiquement impossible d’arriver à une telle situation.


 

image

Économiste d’origine ivoirienne, Francis Konan est diplômé de l’Institute Of Advanced Studies de Vienne. Également pianiste, M. Konan parle couramment l’anglais, le français, l’allemand et le haïtien.