image
Deux café, un même parfum, un timbre et un contexte différents.

Après avoir créé le cacao «Mercedes», une variété au rendement trois fois supérieur au cacao classique, lui garantissant durablement le statut de premier producteur mondial de fèves (45% de l’offre en 2015), la Côte d’Ivoire a développé une nouvelle variété de café surnommée «café émergent». Une référence à la politique du président Alassane Ouattara visant à faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent en 2020.

Développé par le Centre national de recherche agronomique (CNRA), le «café émergent», est doté des qualités exceptionnelles, rapporte le quotidien gouvernemental Fraternité Matin dans sa parution de ce mercredi 20 janvier.

Le confrère explique que la nouvelle variété, qui entre en production douze mois seulement après sa mise en terre, a un rendement annuel allant de 2 à 2,5 tonnes à l’hectare dès la seconde année, soit cinq fois plus que les plants traditionnellement utilisés qui produisent entre 400 à 500 kilogrammes à l’hectare. En outre cette espèce dont la durée de production va au-delà de 35 ans est réputée plus résistantes aux maladies, souligne le journal.

L’enjeu pour le pays est la relance de la filière, un temps délaissée au profit d’autres spéculations (comme le cacao, l’hévéa ou le palmier à huile), par le renouvellement du verger veillant mais aussi par une meilleure rémunération et l’amélioration des rendements.

Troisième producteur africain de café, le pays attend une récolte de 130 000 tonnes de cerises au terme de la campagne en cours (contre 126 000 la campagne précédente) et vise 200 000 tonnes en 2017.