Screenshot_2016-01-19-09-54-43-1

Fitch Ratings maintient la note financière du Rwanda dans la catégorie très spéculative. L’agence de notation annonce, dans un communiqué publié ce 15 janvier, avoir reconduit l’évaluation financière à long terme du Rwanda à « B+ », en monnaies étrangère et locale avec perspective stable, et « B » à court terme en monnaie étrangère.

Comme facteurs positifs, Fitch relève la maîtrise des dépenses publiques combinée à une réforme fiscale (avec le soutien du FMI) visant à accroître les recettes intérieures en prévision de la baisse attendue des appuis extérieurs qui vont passer de 30% à moins de 20% des recettes totales à l’exercice fiscale 2018. Aussi, le déficit budgétaire global est-il prévu à 4,5% pour l’exercice fiscal 2016 (qui se déroule de Juillet 2015 à Juin 2016) et devrait davantage baisser en 2017.

Egalement, Fitch apprécie la forte croissance attendue à 6,5% en 2016 et « environ 7% en 2017 » et une faible inflation à 5% en 2015, même si une légère hausse est attendue. « La croissance continue de la consommation privée avec un rebond dans le secteur de l’exportation, seront les principaux moteurs de la croissance en 2016 » soutient l’agence.

Toutefois, le déficit du compte courant devrait encore se creuser à 14% du PIB sur l’année fiscale 2016 contre 13,6% la période précédente (8% du PIB en 2013). En outre, Fitch souligne que la décision de Paul Kagamé de faire sauter le verrou constitutionnel sur la limitation des mandats présidentiels fait planer une incertitudes sur les rapports entre le Rwanda et ses partenaires financiers ; alors qu’une contraction plus forte que prévu des flux financiers des donateurs pourrait affaiblir les « positions budgétaire et extérieure » du pays et « impacter négativement » son profil de crédit.

Fitch a nettement marqué son optimisme quant à la stabilité sociale et politique qui prévaudra lors les élections de 2017 et parie sur la poursuite des réformes structurelles engagées avec le FMI et qui devraient permettre au pays d’amortir le choc de la baisse progressive de l’aide extérieure.

Share Button