Moov_Moov_CI

Le gouvernement togolais donnera bientôt mandat à Atlantique Telecom Togo (Moov), pour l’exploitation jusqu’en 2021, de la licence 3G, une technologie mobile qui garantit un débit internet plus important pour la transmission de données et de l’internet mobile.

En effet, un décret adopté mercredi 13 janvier en conseil des ministres porte autorisation de la modification de l’arrêté, portant extension à la licence 3G, de la licence pour l’établissement et l’exploitation de réseaux de communications électroniques mobiles 2G précédemment octroyée à la société rachetée en 2015 par Maroc Télécom.

Aux termes de ce décret, souligne le gouvernement, l’opérateur de téléphonie mobile « s’engage à opérer d’importants investissements dans l’infrastructure, l’extension de la couverture d’accès, la densification des zones couvertes et participer à la création d’emploi et particulièrement la participation des togolais à des postes d’encadrement ».

Et de poursuivre : « l’entrée de Moov-Togo sur le segment des services 3G créera une certaine dynamique sur le marché des données et Internet mobiles. Les consommateurs pourront ainsi disposer d’une véritable faculté de choix entre les deux opérateurs (Moov et Togo Cellulaire, ndlr) ».

A noter qu’au Togo, les services télécoms sont d’une grande cherté, et les plus chers en Afrique de l’Ouest.

Le marché est (toujours) partagé entre deux opérateurs, Atlantic Télécom Togo et Togo Télécom (société mère de Togo Cellulaire), malgré l’annonce faite depuis juin 2014 par la Ministre de l’économie numérique, d’octroyer en 2015, une licence d’exploitation du r »seau de téléphonie à un troisième opérateur.

Par Nephthali Messanh Ledy

Share Button