images-1

Selon la banque d’investissement EFG Hermès, le secteur énergétique égyptien représente une réelle opportunité d’affaire pour les privés. L’institution financière évalue le marché de l’énergie en Egypte à 6 milliards de dollars.

Pour assurer la demande en énergie, l’Egypte a décidé de produire plus d’énergies renouvelables. Le pays compte d’ailleurs faire passer leur proportion à 20% du mix énergétique d’ici 2020.

Un programme d’énergies renouvelables a été déjà concocté par le gouvernement qui consiste à construire environ 8GW de centrales, répartis en 5,5 GW d’énergie éolienne et 2,5 GW d’énergie solaire.

Pour le directeur exécutif de la branche du capital investissement de l’EFG Hermès, Bakr Abdel-Wahabb, son entreprise prévoit d’injecter 6 à 7 milliards de dollars dans le secteur d’ici 2018.

« Nous sommes optimistes sur les projets énergétiques égyptiens à court et moyen terme. Mais la réussite de la première vague de rachat d’électricité assoira plus la confiance en ces actifs. La mise en place d’un cadre réglementaire adapté est le principal challenge auquel doit faire face le gouvernement pour rendre son secteur énergétique attrayant sur le marché mondial de l’investissement.», a-t-il déclaré.

Bakr Abdel-Wahabb a également soutenu que l’EFG envisage la mise en place d’un fonds d’une valeur de 200 millions de dollars qui sera consacré au financement des projets solaires et éoliens de l’Egypte et du Moyen-Orient de manière plus générale.

Les institutions financières internationales et multilatérales devraient aussi fournir environ 60% des fonds nécessaires, a conclu le responsable de l’EFG Hermès.