dsc_0139-copie (1)

Le port d’Abidjan a enregistré un trafic de 21,47 millions de tonnes de marchandises au cours de l’année écoulé, en hausse de 3% par rapport à 2014. Un regain d’activité tiré par l’augmentation du trafic national de 8% et du trafic de transit (destiné aux pays sans façade maritime comme le Burkina Faso, le Mali et le Niger) de 6%, a souligné Hien Sié, le Directeur général de l’institution portuaire qui s’exprimait à l’occasion d’une cérémonie de présentation de vœux ce 7 janvier.

Aussi, ce sont 79,9 milliards FCFA, soit 1,2 milliards d’euros, de chiffres d’affaires réalisés en 2015, en croissance de 10,3% relativement à l’année 2014.

Des performances qui ont été corrodées, selon Hien Sié, par la perte d’une partie du trafic de transbordement au profit des ports de Conakry (en Guinée) et Lomé (Togo), faute d’infrastructures adaptées pouvant accueillir les plus gros navires en transit dans le golfe de Guinée.

Une faiblesse, qui sera résolue avec les importants investissements engagés en 2015 et destinés à revigorer la compétitivité du port dans les prochaines années.

Outre l’inauguration, en septembre dernier, d’un môle de 7 hectares repris sur la mer au profit de son port de pêche, pour un coût de 33 milliards de francs CFA, Abidjan a ouvert un chantier de 560 milliards FCFA en octobre 2015. Il s’agit de travaux d’élargissement et d’approfondissement du canal de Vridi, la porte d’entrée de l’espace portuaire, qui devrait pouvoir accueillir d’ici 2019 les plus grands navires bordant les côtes africaines de l’Atlantique d’une part, et d’autre part la construction du second terminal à conteneurs.

En août 2015, l’agence de notation financière Bloomfield Investment a accordé un « A1- » à court terme avec « perspective positive » et un « A » à long terme avec « perspective stable » à l’institution. Des gages de crédibilité financière qui sont des atouts supplémentaires pour la poursuite des investissements, dans la perspective, pour le port d’Abidjan, de se positionner comme la principale plateforme portuaire africaine entre Tanger, au Maroc, et Durban en Afrique du Sud.

Il faut noter que le port d’Abidjan, considéré comme le poumon économique de la Côte d’Ivoire, accueille 90% des échanges commerciaux du pays et génère 85% de ses recettes douanières.

Share Button