president-obama-south-african-president-jacob-zuma (1)

La menace des Etats Unis d’exclure l’Afrique du Sud  du programme AGOA (Africa Growth and Opportunity Act) ne sera pas finalement exécutée. Les deux pays ont trouvé un consensus sur la levée des barrières empêchant l’entrée des produits avicoles américains sur le marché sud-africain. L’accord a été annoncé le 7 janvier dernier par Rob Davies, ministre sud-africain du commerce.

Le 5 novembre 2015, le Président américain, Barack Obama, avait brandi la menace d’expulser l’Afrique du Sud de l’AGOA. Il avait cependant accordé aux négociateurs 60 jours pour régler le problème, avant de prolonger ce délai d’une semaine supplémentaire.

La pomme de discorde était liée au motif que la nation-arc-en ciel maintenait des barrières qui empêchent l’entrée des produits avicoles américains sur son marché. Selon Pretoria, cette mesure de restriction sur l’importation de volailles américaines, était fondée par une épidémie de grippe aviaire qui sévissait aux Etats-Unis en 2014.

Les pourparlers ont finalement abouti à des normes de santé animale et de sécurité pour les exportations américaines de viande.

Le programme AGOA exempte de droits de douanes plus de 70% des produits en provenance d’Afrique subsaharienne. Ce système instauré par le congrès américain en 2000 et qui ne bénéfice qu’aux pays africains démocratiques et pratiquant une bonne gouvernance, a été renouvelé fin juin 2015 pour une période de dix années supplémentaires.