DG CEPICI

Le Royaume chérifien a représenté, en 2015, 22% des investissements privés agrées par le code des investissements en Côte d’Ivoire, devenant ainsi le premier investisseur étranger au guichet du CEPICI, l’agence gouvernementale de promotion des investissements.

Le Maroc est désormais le principal investisseur étranger en Côte d’Ivoire à bénéficier des facilités du code des investissements en Côte d’Ivoire avec 22% des investissements agrées en 2015. L’information a été donnée ce jeudi 7 Janvier par Emmanuel Essis, le directeur général du CEPICI (centre de promotion des investissements en Côte d’Ivoire), au cours de la présentation du bilan 2015 de cette agence gouvernementale en charge de la promotion des investissements.

Le Maroc réalise ainsi un prodigieux bond en avant, après avoir représenté seulement 2% de ces  investissements en Côte d’Ivoire en 2014 ; une année au cours de laquelle l’Ile Maurice et la France avaient été les principaux bénéficiaires avec respectivement 26% et 12% des ressources mobilisées.

Ce sont donc environ 147 milliards FCFA, soit 224 millions d’euros, que le Royaume a injecté dans une économie ivoirienne qui a recueilli un total de 670 milliards FCFA, 1,02 milliards d’euros, d’investissements agrées au cours de l’année 2015. Arrive ensuite la France et le Burkina Faso avec respectivement 16% et 11% des investissements privés.

Il faut dire ce nouveau statut du Maroc dans le paysage économique du pays reflète l’état des relations économiques entre la Côte d’Ivoire et le Royaume, marquées par trois visites successives du Roi Mohamed VI depuis 2013, dont la dernière date de début juin 2015. Des relations portées par plus d’une soixantaine d’accords de coopération dans des domaines aussi variés que les finances, les TIC, les BTP, les mines, le tourisme, l’agriculture, le commerce, etc.

En Côte d’Ivoire, les têtes de ponts du secteur privé marocain sont plus visibles dans le secteur financier avec la SIB (société ivoirienne de banque) et Bank Of Africa, filiales d’Attijawarifa Bank et BMCE Bank. Et aussi dans le BTP avec Addoha et Alliances dans l’immobilier et Cimaf (cimenterie). Mais le Maroc en Côte d’Ivoire ce sera surtout, dans quelques années, une marina qui va border la baie de Cocody – dont l’aménagement est conduit par MarchicaMed – et qui sera la prochaine vitrine d’Abidjan, la capitale économique ivoirienne.

La tendance devrait se poursuivre en 2016. Déjà le cimentier Cimaf (filiale d’Addoha) annonce un investissement de 37 milliards FCFA, soit 56 millions d’euros, pour renforcer sa capacité de production dans le pays.

Soulignons que le code ivoirien des investissements adopté en 2012, introduit de nombreux avantages (fiscaux et douaniers) aussi bien durant la phase de création que celle de développement sur des périodes allant de 5 à 15 ans suivant les zones géographiques des investissements. Et le CEPICI, le guichet unique des investissements en Côte d’Ivoire, est en charge de l’octroi des agréments.