images-4

Le Royaume d’Arabie Saoudite a annoncé la naissance d’une coalition antiterroriste composée de 34 pays parmi de nombreux états africains à forte dominance musulmane et quelques autres, au cours des dernières heures.

Celle-ci est dotée d’un centre de commandement militaire basé à Riad.

La liste des pays membres publiée mercredi par la SPA, une agence du gouvernement cite, l’Egypte, le Maroc, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Mali, la Mauritanie, le Nigeria, la Tunisie, le Tchad, le Bénin, le Togo, la Libye (quelle Libye ?)……

On aura noté à la lecture du document, l’absence de l’Algérie, un acteur majeur du jeu géostratégique dans l’espace sahélo saharien.

La formation de la nouvelle alliance intervient pendant que le Royaume wahhabite est engagé dans une  guerre contre la rébellion « Houthi » d’obédience chiite au Yémen, à la tête d’une coalition arabo musulmane.

Cette démarche illustre « le souci du monde islamique à combattre le terrorisme » selon la justification servie par les promoteurs de l’alliance. En fait, depuis la levée des sanctions occidentales contre l’Iran et le retour progressif de ce pays dans « concert des nations » qui se matérialise par des relations moins tendues avec les Etats-Unis et  l’Europe, l’Arabie Saoudite déploie un immense effort politique, militaire, diplomatique et économique  pour renforcer son influence auprès des autres pays musulmans, note un observateur averti.

Un combat dont l’objectif géostratégique est de prouver aux alliés occidentaux (USA et la France) que l’écrasante majorité du monde musulman est sunnite et que le richissime Royaume en est l’incontestable chef de fil.

Par Amadou Seck

Share Button