imageLa multinationale canadienne Kinross « TASIAST » qui exploite la mine d’or du même nom au Nord de la Mauritanie, s’est retirée de l’actionnariat de la Société de Production de l’Electricité à partir du Gaz (SPEG) à devant être extrait du champ offshore de Banda (au large de Nouakchott).
Dans un article sous le titre « début du Banda GAS Power en 2016 ? » publié le 10 décembre dernier,  une  malencontreuse erreur nous a fait citer le nom de la société aurifère dans le tour de table de la SPEG.
En fait, ce schéma renvoie plutôt à la formule initiale. Ainsi, après le retrait de Kinross, les deux (2) actionnaires dont la participation est maintenue sont la Société Nationale Industrielle et Minière (SNIM) et la Société Mauritanienne d’Electricité (SOMELEC)-publiques.
Le départ de la compagnie aurifère est du reste l’une des principales raisons rendant nécessaire la restructuration de la SPEG par rapport à la formule initiale.
Le Gaz de Banda doit permettre à la Mauritanie de produire un surplus d’énergie à exporter vers le Sénégal et le Mali grâce à une centrale duale de 180 mégawatts récemment inauguré à Nouakchott.

Ce contenu pourrait également vous intéresser